Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 00:08

Les revues papier glacé de gastronomie nous placent sous perfusion sur l'art et la manière d'accorder les mets et les vins. Fort bien et pourquoi pas, mais comme vous vous en doutez, vu mon caractère de cochon, j'adore les conseils ! Moi qui n'ai jamais confié le soin à quiconque de choisir mes chemises, de les repasser et de les accorder avec mes vestes, ça me met en joie. Ceci étant écrit, comme je suis sur une position ultra-minoritaire, et que je dois tenir compte des désidératas des clients, ce matin je mets un mouchoir sur mon élitisme hautain et je vais dans le sens du vent en commettant une chronique: que boire avec une platée de choux ?

Car, entre autres appellations désobligeantes subies dans ma jeunesse de vendéen du bas-bocage : péquenot, bouseux, plouc... la moins infâmante, la plus admissible était bien «ventre à choux» même si je j’exécrais la soupe de choux (le bouillon) qui, visuellement, s'apparentait pour moi à un jus proche de celui de la mare aux canards, et qui sur le plan gustatif, tenait du lavement ou de la décoction du style de celle que préconisaient les nombreux rebouteux du coin. Je faisais de la résistance. Je frisais le nez. Je tentais de me dérober au supplice mais dans ma bonne Vendée fallait obéir. Ma mémé Marie, sainte femme, égreneuse de rosaire, dont j’étais le chouchou, me servait une petite ration d’eau verte et fermait les yeux sur le fond de mon assiette.

 paquet51.jpg

Aussi bizarre que ça puisse vous paraître, si je détestais la soupe de choux, j’adorais les feuilles de choux embeurrés. Nos choux, c'étaient des choux à vaches, des choux fourragers hauts sur tige, ceux que nous allions couper avec le pépé Louis pour nourrir les bestiaux. Ce que nous mangions nous, c’étaient les petites feuilles du cœur, vert tendre et croquantes. Cette proximité avec nos ruminantes indolentes aux yeux aussi tendres que nos cœurs de choux: nos opulentes Normandes laitières, plus que nos Parthenaises laboureuses toutes efflanquées, nous assimilait à des quasi-sauvages tout juste bons à défier la République pour le compte du maître et du curé.

 

Aujourd’hui, j'adore toujours les choux, mais le problème c'est que sur nos étals parigots, c'est une denrée rare. Au marché, il est facile de trouver toute sorte de choux, pommés, fleurs ou italien, mais le mien est plus rare que le caviar. Lorsque j'en trouve, je fais une razzia de petites bottes de feuilles de choux tenues par un élastique. Tout l'art de la cuisson des choux est dans le blanchiment. Faut être patient ou patiente, se colleter un grand faitout et passer les feuilles dans au moins 3 ou 4 rincées d'eau bouillante. Après faut embeurrer le choux. Ce n’est pas aussi simple que ça paraît. En effet, tout d'abord il faut un vrai bon beurre salé. Dès que les feuilles de choux sont égouttées, comme pour les pâtes, il faut jeter les sur la noix de beurre qui est alors saisie et qui exhale ses aromes et sa pointe de sel.

Pour le boire c’est une autre histoire mais je voterais bien pour un petit vin de rien du tout, simplet, tout le contraire des vins hauts du collet comme ceux de nos amis qui couchent leurs commentaires et leurs notes sur papier glacé. Pour tout vous avouer un vin qui me rappellerait la piquette de mon pépé Louis, bien «appointuché» (du verbe appointir : rendre pointu), mais qui bénéficierait du génie de nos jeunes inventeurs de vin. Donc un vin avec de l’acidulé, de la jeunesse, de la fraîcheur et même une petite touche de pétulance. Bref, avec ce cahier des charges, est-il possible aux grands maîtres de la dégustance de satisfaire mes exigences? Telle est ma question du jour: comme un lundi quoi !

Partager cet article

Published by les5duvin - dans Famous 5
commenter cet article

commentaires

patrick 12/06/2010 17:05


bonjour.l'accord pour moi ,avec certitude,seras un chenin blanc .minéral frais et fruité ,avec ce qu'il faut de terroir pour sublimer ce chou .la cuvée "bout au vent" du domaine de la rose st
martin a brem sur mer.cordialement


Jacques Sallé 08/06/2010 15:53


P... de Larousse, heureusement que je n'ai pas parié!


Michel Smith 08/06/2010 15:51


Possible... et même certain, puisque je viens de vérifier sur mon Larousse "on line" et voici ce qu'il me dit :
Faire chabrot ou chabrol, mélanger du vin rouge à son potage et boire à même l'assiette.
Hi, hi, nous avons ts les 2 raison ! J'aurai dû parier une bonne bouteille de champomy !


Jacques Sallé 08/06/2010 15:48


Possible, mais je viens de vérifier dans le Robert et l'expression est bien "faire chabrot"...


Michel Smith 08/06/2010 15:41


Je m'en doutais et j'ai hésité. Pourtant il me semble avoir vu et lu ce mot écrit de la sorte dans des ouvrages du sud de l'Auvergne... À VÉRIFIER DONC.