Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 22:58
Voici de quoi passer cette fin de semaine grise et pluvieuse bien au chaud.
Je rencontre de temps à autre Christian Duteil qui comme nous manie la plume vineuse avec grâce dans un magazine à l’écho du patrimoine.
Parallèlement, il fait acte de présence à la fac de philo de la Sorbonne. Endroit où il présentera bientôt sa thèse. Elle nous concerne, en voici donc un aperçu.

Marc Vanhellemont

La question des médias hante la philosophie depuis plusieurs décennies et fait aujourd’hui question. Or, l’idéal de l’intellectuel esquissé par Kant dans «Qu’est-ce que les Lumières ?», a  sans doute vécu pour faire époque et «diagnostiquer notre présent». On n’a pas voulu discerner ici qu’il s’agissait d’un effort vers les Lumières, non de l’affirmation dogmatique d’une «opinion» éclairée contre une autre.
En ciselant la fiction théorique du "reporter d’idées", Michel Foucault  veut effacer ce quiproquo en prônant que «les intellectuels  travailleront avec les journalistes au point de croisement des idées et des événements». Il  désire surmonter - à l’aide de cet inédit et brillant syntagme oxymore  - l’image d’Epinal biaisée de l’intellectuel qui se contente souvent des échafaudages sophistiqués de la pensée discursive sans s’engager dans l’actualité des bruits du monde et sans se soucier de s’adresser au plus grand nombre. Pour pratiquer cette «ontologie du présent», l’artificier Foucault  n’hésite pas à conjuguer la pensée pure avec l’événement mondain ici et là… Créant ainsi une sorte d’hétérotopie (lieu autre qui n’est pas une utopie) qui permet de dépasser  les errances médiatiques du pouvoir journalistique tout en jouant la carte littéraire de l’ «universel reportage».

De Marx à Sartre, de Foucault à Camus en passant par Cavaillès, Tucholsky, Kraus, Benjamin, Arendt, Aron, Nizan, Debord, Hatzfeld, Kapuscinski, Herr, Lévy, etc., nous mettons en scène ces modernes «reporters d’idées», leurs symptômes et leurs dérives, mais aussi leurs temps forts et leurs trajectoires dans une vaste fresque intellectuelle sous la  forme de reportages.

Le problème étant au bout du compte de savoir si le reportage d’idées, notre fiction théorique, peut être un réceptacle réellement efficace pour mettre en scène l’idée, avec «effet du réel», permettant ainsi à la philosophie «moderne» de se mettre à l’épreuve de la réalité et des événements, tout en continuant à dessiner ses constellations et ses idées étoilées.  A savoir de rechercher l’idée dans la réalité elle-même et pas dans un autre monde ou/et un pur système d’abstractions.

Résumé en anglais

The "idea reporter" between the wise man and the insane
The issue of the media has haunted philosophers for several decades and remains today unanswered. The intellectual ideal mentioned by Kant in "What is Enlightenment?" has, without a doubt, served to "diagnose our present". This concerns an effort towards Enlightenment and not the dogmatic affirmation of one well-informed "opinion" versus another.

By dissecting the theoretical fiction of the "idea reporter", Michel Foucault wants to erase this quid pro quo, advocating that "intellectuals will work with journalists at the crossroads of ideas and events". He wishes to overcome, with the help of this original and brilliant syntagm oxymoron, the traditional and skewed intellectual image that often contents itself with sophisticated arrangements of discursive thoughts, without engaging in what goes on in the world and without worrying about reaching the largest population. To practice this "ontology of the present", the provocative Foucault does not hesitate to combine pure thought with mundane events here and there...
Thereby creating a type of heterotopia (a place other than a utopia) that allows surpassing the deviations of journalistic power all the while playing the literary card of "universal reporting".

From Marx to Sartre, Foucault to Camus, passing through Cavaillès, Tucholsky, Kraus, Benjamin, Arendt, Aron, Nizan, Debord, Hatzfeld, Kapuscinski, Herr, Lévy, etc., we are presenting these modern "idea reporters", their deviations, as well as their highlights and their trajectories in a vast intellectual portrait in the form of media reports.

Repost 0
Published by les5duvin - dans Le coup de coeur
commenter cet article
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 15:55
Ne sachant ni que faire, ni que boire, en ce jour du Seigneur, je me suis souvenu de flacons ramenés des cimes alpines lors d’un concours de vins de montagne. Que boire, c’était trouvé, que faire, en ouvrir un, pardi !

Mon choix se porta sur un vin de la commune d’Arvier. Arvier est un petit village du Val d’Aoste, perché à 800 m d’altitude. Sur l’autre rive de la Doire Baltée, le torrent local, gît un petit vignoble qui escalade plein sud la Combe d’Enfer. La coopérative qui exploite ces vignes répond au joyeux nom de Coopérative de l’Enfer; elle a été  fondée en 1978

scene-de-vendange.jpgVendanges en Enfer

Pourquoi l'Enfer?

Parce que le microclimat qui règne-là a de quoi rôtir les plus fervents. Amphithéâtre rocheux coiffé d’un surplomb, il garde la chaleur, l’amplifie. Et comme tout s’y fait à la main, il y a de quoi se déshydrater. Jusqu’à se jeter dans l’eau sombre et tumultueuse de la Doire Baltée, un enfer quoi !

Qu’y cultive-t-on ?

Essentiellement du Petit Rouge. C’est un cépage autochtone, assez rustique et pas mal répandu dans la région valdotaine. Ses vins développent de jolis arômes fruités quand comme ici, il est conduit sur fil en guyot. Ailleurs, en pergolas, ça se rapproche plus de la bibine que de la bénite…

Enfer-d-Avier-004.jpgL'enfer attire les chats noirs, à ce qu'on dit...

La Coop d’Enfer tire une petite gamme de ses 6 ha, dont celui qui me rafraîchit le palais. Enfer 2005  DOC Enfer d’Arvier Vallée d’Aoste d’un beau rouge qui rougeoie comme les braises les pus chaudes, un nez de confiture de fruits rouges au boisé un rien brûlé, une bouche friande sensuelle et fraîche, à la bouche aussi agréable qu’à la vue la beauté du diable.
C’est pas connu, mais ça en jette sur une table.

Marc Vanhellemont
Repost 0
Published by les5duvin - dans Le coup de coeur
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 12:21
Voici ma sélection de vins « issus de l’agriculture biologique » (puisque c'est ainsi qu'on les appelle encore, en attendant mieux), glânés sur Millésime Bio 2010.

C'était ma première visite sur ce salon de Montpellier, j'ai apprécié.

Tout d’abord pour la présentation !
Ici, pas d’esbroufe, pas de surenchère, pas de stands qui montent jusqu’au plafond ou de pavillons privés, non rien que du naturel, du simple, rien que le blanc d’une nappe pour vanter le mérite des gammes.

Et puis, le tout tient dans une seule grande salle. Les presque 500 vignerons présents s’y alignent sans serrer les travées.

L’entente, les sourires, on les croit volontiers complices, ouverts, simplement là pour montrer ce qu’ils font, faire déguster leur production, dire le respect qu’ils témoignent tant au biotope qu’au consommateur.

Un demi-millier cela fait trop pour une grosse journée, alors, au hasard quelques coups de cœur :

-Bonne Pioche, c’est le cas de le dire, la nouvelle cuvée Pic St Loup (excusez du peu !) de Pierre Clavel.
-Les Terrassettes élégant, poivré, aérien du Clos de l’Anhel en Corbières.
-Lo Vièlh, un Carignan minéral du Clos des Gravillas Vin de Pays des Côtes de Brian.
-Pour rester Carignan, ceux de Terroir al Límits en Priorat.
-Pour rester espagnol, les cépages originaux de Frédérico Schatz à Ronda.
-En Galice, les très droits Albariño de Benito Santos.
-Lles jolis Rolle de Miraval en Côtes de Provence
-Les Chenin du Coteau des Treilles de Pithon-Paillé.
-Sans oublier les bulles des Domaines Leclerc Briant et Bruno Michel.

Côté bilan, un record de fréquentation pour ce Millésime Bio 2010!
Pas moins de 3.000 visiteurs professionnels ont arpenté les allées du salon contre 1.700 l’an dernier. Le nombre d’exposants est également en augmentation, il passe de 350 à 490 participants et mélange vins issus de l’agriculture biologique, biodynamique, vins nature et cela proposés par 12 nationalités.

Marc Vanhellemont

Marc
Repost 0
Published by les5duvin.over-blog.com - dans Le coup de coeur
commenter cet article