Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 10:23
JimIt is difficult to say when I first started to notice and be interested in wine. Certainly as a young child I remember my parents having wine on special occasions – mainly white wine and either French or German.

At Manchester University, during the second half of the 1960s it was mainly beer – not always in moderation! When I moved to London in 1970 beer still held sway but wine gradually loosened beer’s grip. Like most UK wine drinkers at this time I started on German wines Liebfraumilch and the like before graduating to white Burgundy, in particular Puligny and Chassagne-Montrachet. At this time a bottle of Chassagne could be bought retail for around £4.50 to £5.

I guess wine really took off for me when I became the social secretary of the staff room council in the South London comprehensive where I was teaching English. I used to order wine from Cuddeford Brothers a long disappeared London City wine company. Cuddeford was bought in 1977 by Mayor Sworder and is now part of Davy’s, best known for their wine bars. We had a month to pay for the wine, so I would sell wine to the staff outside school hours. In 1975-76 we had a turnover of just over £2500 – a lot of money in those days! Although this included social functions, wine made up a significant part of the total.

I remember the Cuddeford list from 1976 when a case of 1974 Leoville Las Cases was only a £1 or more than a case of Crown of Crowns Liebfraumilch. How times have changed!
  
My interest in the Loire and its wines was kindled by visit and tasting with Gaston Huet in late August 1979. Carole, my partner, and I had spent five weeks driving around France and Italy covering some 6500 miles in a Renault 5. We were on our way back home to London but wanted to visit Vouvray to taste its sweet wines. I had no inkling that nine years later I would change my life and start writing about wine.

Clutching the then current edition of Hugh Johnson’s The World Atlas of Wine, which recommended the wines of Gaston Huet, we searched the by-ways of Vouvray looking for Le Haut Lieu. In those days there was no sign only the name carved in the limestone gateway. We wandered into the courtyard of Le Haut Lieu, an attractive manor house. It hadn’t occurred to us that we might need to make an appointment but we were in luck as Gaston Huet was around and had time to give us a tasting.

CCPigeonniers.jpg
We sat with Gaston in a comfortable room in the Haut-Lieu sipping a 1966 moelleux from the special Vouvray glasses with a small dish of walnuts and attempted to converse in our then very limited French. Even though this was the very late 1970s the price list still had 1966, 1964 and, I think, 1961 moelleux on it. He was charming and we must have spent half and hour or more with him. We selected five bottles of moelleux from 1964 and 1961 – we didn’t have much space in the motor, having already bought some wine in Bordeaux and the Rhône, and at that time you could only bring back into the UK a small amount of wine before paying duty and vat on it. It wasn’t until we got back to London that we discovered that Gaston Huet had given us an additional bottle.

My interest in the Loire continued to grow and in 1987, with a group of friends, we bought a house in Epeigné-les-Bois, a small village in eastern Touraine in the Cher Valley. The next year in August I left teaching following the abolition of the Inner London Education Authority – an act of vandalism by Margaret Thatcher but it worked out well for me! The abolition meant that the special project I had been working on ceased and I had to choose whether I would return to classroom teaching or do something different. 

As I had a friend, who had become publisher of the now long deceased Taste magazine, I decided that I would start writing about wine, with the thought that I could always return to teaching if things didn’t work out.

In late 1988 had a chance meeting with David Rowe, who had recently been appointed editor of Decanter, at a smart dinner organised by the Sherry Institute at Mosimann’s. We chatted about what I was doing. At this stage, although I had written several articles for Taste, none of my pieces actually appeared because of the long lead-in times, so some minor embroidering was necessary – glossing over this. To my surprise and delight David asked me whether I would write for Decanter. The first Decanter piece I wrote was a follow-on from this dinner at Mosimann’s – suggesting Sherries to go with recipes provided by food writer Jill Cox.

ChMontpouponas.jpg

Soon after David Rowe, who incidentally is now based in Bordeaux and makes wine in various countries including India, commissioned me to write a piece on Muscadet, which in those days was still fashionable with vast UK sales. In February 1989 Carole and I spent four days in the Pays Nantais visiting producers, including Jean-Ernest Sauvion of Château du Cléray, Louis Métaireau, Chereau-Carré at Château de Chasseloir, the Marquis Robert de Goulaine at Château de Goulaine, Jacques Guindon (Muscadet Coteaux du Loire and Coteaux d’Ancenis) and a meeting with Jean-Luc Blanchard, long-time export director of Donatien Bahuaud. It was an intensive but fascinating visit and a steep learning curve for me for I knew little about how wine was made and my French was extremely limited. Among the many things I learnt was that well-made Muscadet, contrary to popular belief, could age well.

That’s how my great adventure of visiting and writing about wine, winemakers and vineyards around the world started – an endlessly fascinating world!
Repost 0
Published by les5duvin - dans Famous 5
commenter cet article
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 05:48
photo SMITHSmith Michel n’est qu’un pseudo qui cache en réalité un vrai nom tout aussi British que je n’utilise que pour mon passeport renouvelé non sans mal car il faut que je prouve à chaque fois que je suis bel et bien Français… jusqu’à mon arrière grand-mère. Je n’ai donc de la perfide Albion que le nom hérité d’un beau-père correspondant de guerre qui m’a encouragé à devenir journaliste.
Étant né d’une mère Française à Neuilly-sur-Seine un beau jour d’avril 1948, ayant fait mon service à Fontainebleau puis à Paris (Dupleix) pistonné dans le Train, je me sens parfaitement tricolore. C’est pour cela que j’aime le vin et que je travaille sur le sujet depuis une trentaine d’année pour un tas de revues allant de Paris Match à Cuisine & Vins de France après avoir pondu des articles pour VSD, L’Express, Le Nouvel Observateur, Figaroscope, Cosmopolitan, Saveurs et même dans la docte RVF.

Maintenant, j’ai l’impression qu’ils ne veulent plus trop de moi parce que je suis un vieux ronchon, que je n’aime guère les vins sans soufre dits «naturels», que je déteste les vins démesurément boisés et trop onéreux et que mes papiers, je veux dire mes articles, sont souvent longs et difficiles à cerner. Ivre de vin, je suis allé jusqu’à commettre quelques ouvrages sur le sujet, livres qui sont passés inaperçus dans le Landerneau viti-vinicole. Avant, dans ma jeunesse journalistique, je me suis aussi  essayé à faire quelques guides sur le tourisme et la gastronomie.

Aujourd'hui, la blogosphère me donne envie de me défouler. Mes amis Jim, Jacques, Hervé et Marc, me font l’honneur de m’accueillir. Ils s’imaginent que je vais apporter une forme d’intelligence alors que je ne suis qu’un fieffé râleur qui ne pense qu’à boire des coups, voyager, rencontrer les vignerons (vigneronnes surtout), écouter du jazz et jouer au golf.


Michel Smith
Repost 0
Published by les5duvin - dans Famous 5
commenter cet article
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 22:42

Hervé Lalau prétend qu'il a appris à lire sur les étiquettes de vins de Bourgogne (Pommard Rugiens, Pommard Les Suchots, Beaune Les Montrevenots…), sur la table familiale. C'est tellement beau que c'est presque vrai. Et ça prouve au moins une chose: que ses parents avaient bon goût.

Hervé 0210 3

Hervé en action

Mais sa vocation de journaliste vineux, c'est bien plus tard qu'il l'embrassera. Ayant quitté la France pour la riante Belgique (ou plutôt, une de ses jolies jeunes filles), il se retrouve à 22 ans, jeune rédacteur d'un magazine belge consacré au grand commerce. Sa rédac' chef lui dit: "Vous êtes Français, vous ferez la rubrique vins". Il faut parfois peu de choses...

Alors, Hervé apprend sur le tas et sur le tard. Il gagne un concours de dégustation. Il s'accroche. Il fait des rencontres. Ses deux mentors: Louis Havaux, de la Revue Belge des Vins & Spiritueux, et Philippe Stuyck, d'In Vino Veritas. L'eau et le feu? Hervé y gagne en tout cas la chance d'assister à de très belles dégustations, et de tout style. Académique ou "brut de cuve".

En 2006, il prend le secrétariat général de la Fédération Internationale des Journalistes en Vins et Spiritueux (FIJEV), ce qui lui permet d'accroître son champ d'investigation vineuse. Il gardera ce poste près de 5 ans.

En 2007, il rejoint Philippe Stuyck comme Rédacteur en Chef Adjoint d'In Vino Veritas. Il y retrouve Marc Vanhellemont, une vieille connaissance avec lequel il a écumé les gondoles vins des supermarchés...

En 2007, parce que c'est un type pratique, il lance son blog Chroniques Vineuses: "Je n'arriverai jamais à publier tous les articles que j'ai l'occasion d'écrire dans les magazines pour lesquels je travaille".

En 2009, tout en continuant sa collaboration avec In Vino Veritas, il en entame une nouvelle avec le magazine québécois Vins & Vignobles.

En 2010, il reçoit le Wine Blog Trophy pour son blog Chroniques Vineuses.

Dans la foulée, il co-fonde le blog des 5 du Vins.

Repost 0
Published by les5duvin - dans Famous 5
commenter cet article
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 01:45
Berthomeau

Tour à tour, les 5 du vin se présentent à vous au fil des posts. Ordre alphabétique oblique, c'est Jacques B. qui démarre...


Comme vous le savez, ou pas, le Spin Dating est un «sport» de célibataires cherchant l’âme sœur qui consiste à se présenter sous son meilleur jour en un minimum de temps. Je m’y colle pour vous.

-    le 12 juillet 1948 à la Mothe-Achard (Vendée), introduction du petit Jacques dans le siècle à moitié entamé; enfant de chœur, fait sa communion privée et solennelle, confirmation par Mgr Cazaux évêque de Luçon, basketteur à la Vaillante, élève à l’école d’Agriculture ND de la forêt
-    en 1968 : a 20 ans, cherche la plage sous les pavés et dans la foulée rédige une thèse de Droit sur le cochon.
-    1974 : service national à Constantine Algérie.
-    1978 : rencontre le vin de table et les Languedociens.
-    1981 : caviste à l’Hôtel de Lassay résidence du Président de l’Assemblée Nationale y découvre les GCC et leurs frères. Mais introduit le Banyuls dans la maison du peuple.
-    1983 : épaule Michel Rocard lors de la négociation d’élargissement à l’Espagne et au Portugal.
-    1986 : embouteille du Vieux Papes sur le merveilleux port de pêche de Gennevilliers pour le compte de la SVF.
-    1988 : Rocard ayant la malencontreuse idée d’accepter d’être le Premier Ministre de Mitterrand II, JB repique au truc du côté du 78 rue de Varenne siège du cabinet du Ministre de l’Agriculture.
-    1990 : dirige le cabinet au moment où les gros tracteurs de la Beauce ne sont pas contents. J’en prends pour deux ans.
-    1993 : JB fait dans l’huile, tournesol, olive mais aussi dans le chanvre et le lin. Il devient même PDG.
-    1998 : Chirac se dissout avec l’Assemblée; le nouveau Ministre envoie Berthomeau au front; il devient le « Red Adair » de la viticulture : crise des VDN, Cognac...etc. Redécouvre la France profonde des terroirs.
-    2001 : en plein mois d’août, Jacques change de prénom : il devient le « rapport Berthomeau » - pauvre Maman!
-    2002 : avec quelques complice, signe pour son plus grand malheur "Cap 2010, le défi des Vins français".
-    2004 : ça sent le bouchon mais bon, y disent tous que notre vin est toujours bon.
-    2005 : mise au placard et ouverture du blog "Vin&Cie l’espace de liberté" www.berthomeau.com  
-    2010 : le canard est toujours vivant et Harpers écrit «First Berthomeau, now it’s plan B».

Signes particuliers : Jacques aime beaucoup les femmes et le vin, l’ordre important peu... Fait du vélo dans Paris depuis toujours. 2 petits enfants : Martin et Zoé.
Repost 0
Published by les5duvin.over-blog.com - dans Famous 5
commenter cet article
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 22:30
Druet
Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, au dernier Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet.
Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun. Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes. Parce qu'on peut débattre. Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon un boisson de partage?


De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non. Nous les laisserons se présenter à vous au fil des posts.

Les Cinq du Vin
Repost 0
Published by les5duvin.over-blog.com - dans Famous 5
commenter cet article