Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 19:52

 

 

LC-interogations.jpg
I'm almost breathless with excitement. It has been very frustrating not to be able to announce this major new publishing event earlier, although it is certainly fitting to be able to launch this new blog featuring one the internet's new superstars as the 3rd European Wine Bloggers Conference ends.  

 

100% Charlier – pur Luc

 

 

Repost 0
Published by les5duvin - dans Le coup de coeur
commenter cet article
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 02:56

OrangerieWiensThe Orangerie@the Schönbrunn Palace where part of the conference was held

 The popularity and size of this conference (http://winebloggersconference.org/europe/) continues to grow. The first conference in Logoño Rioja attracted between 30 and 40 participants. The second in Lisbon was up to around 130. This year it is just under 200.

The level of sponsorship is also increasing with Austrian wines leading the way not only with wine dinners and wineries showing their wines, but making it possible to hold the conference in the Orangerie of the Schônbrunn Palace and associated buildings and to have the closing party in the Österreicher im MAK (http://www.oesterreicherimmak.at/). Other major sponsors included Wienwein, Rona (glassware), Wines of Chile, Wein Burgenland and The Wine Management Institute.

 It is surprising that the only UK print media represented here is the Drinks Business with no sign of anyone else from the commercial press: harpers, Off Licence News, etc. Also the consumer press – there is no one from Decanter or The World of Fine Wine. My impression is that the UK is far from unique here with few editorial staff of Europe’s wine magazines present.

I happened to ask an editor at a specialist magazine just before I set out to Vienna whether they were sending anyone. “No I can’t see the point of going to Vienna to hear Charles Metcalfe tell me about blogging. He ought to come to see us.”

Sadly he has spectacularly missed the whole point. Charles was here to chair just one of the discussions. The conference was an opportunity to meet wine bloggers from 30 different countries, to hear two very good keynote speeches as well as seminars on various issues and the latest technical developments. The keynote speeches were by Elin McCoy and Evan Schnittman – both were excellent and thought provoking.


ElinMcCoys.jpgElin McCoy giving her presentation


Elin, who writes for Bloomberg News, presented on the future of the wine critic and talked about the change from the old system of wine criticism (the ivory tower critic) to the new more democratic wine criticism that the internet, especially blogging, has allowed to flourish. She stressed the difference between the small number of ‘ivory tower’ critics and now the large number of bloggers on the net.

Elin posited Robert Parker as the now archetypal ivory tower wine critic - tasting many thousands of wines a year giving them scores out of 100, probably assessing many wines from countries he has never visited but wielding, particularly in the case of Parker, remarkable and enduring power.

This, Elin said, is changing.  The ivory tower critic is less influential than they were, especially amongst the younger generation who are more confident in their taste and also more adventurous. The younger generation are now used to sharing opinions and tasting notes with their peers on blogs, Facebook, Twitter, etc. Clearly Elin sees the era of the wine critic gurus ending. This may be true in some areas but in Bordeaux the established critics, especially Parker, still surely hold sway. At the start of the en primeur campaigns it is scores and comments from Robert Parker, Jancis Robinson MW, Andrew Jefford (etc.) that are consulted by potential buyers and listed by fine wine merchants rather than any coverage they may get on the blogosphere. Neal Martin is the sole example of someone who first established his reputation on the net and has now joined this elite group of critics who matter in relation to top Bordeaux. Perhaps the top end of the Bordeaux market really is different, especially the en primeur market where many of the top wines are now bought for investment and the 'ivory tower' critics are in effect investment 

Evan Schnittman, managing director of group sales and marketing, print and digital, at Bloomsbury, talked about the arrival of ebooks and how they had their ‘iPod moment’ in 2007 with the arrival of the Kindle reader from Amazon. This has transformed the market and possibilities for ebooks, making it attractive for immersive reading (novels etc.) as well as extractive (reference works etc.). This also provides opportunities for self-publishing. It is noticeable that more and more members of the Circle of Wine Writers are turning to self-publishing.

Unfortunately the webinar session run by The Wine Management Institute showed only too clearly the current limitations of video conferencing across the globe. Doubtless it can be a very useful tool when it works properly but to claim that it could make ‘the press trip … obsolete’ is purely foolish, at least for the moment. Although press trips are not perfect, journalists have a chance of selecting what they see whereas with webinars you see only what someone wants you to see.


MissVickys.jpgMiss Vicky Wine


Towards the end of the conference’s formal sessions, the organisers Robert McIntosh, Gabriella and Ryan Opaz announced that they are setting up a new series of awards for on-line journalism called Born Digital. The new awards have some interesting criteria: an entry has to have been published on-line first and not in traditional media and then made available on-line. It has to be available to all on-line. Perhaps the biggest innovation is that entries can be in all languages. Articles will be translated and the judging will be carried out in English. Details are here (
http://borndigitalwineawards.com/).

 Post conference there was a choice of three day trips on the Sunday to Burgenland, Weinviertel and one up the Danube. Then on Monday two longer trips to Burgenland and the Danube returning on Tuesday.

 The 2011 European Wine Bloggers Conference will be in Franciacorta (Italy) next year: 14th-16th October.

Naturally the question to pose is – should Les 5 meet up together in Northern Italy? My answer is yes or at least if all of us cannot make it then as many possible and certainly Les 5 should have a greater representation at the next edition. Like any conference it isn’t just the programme but it’s the opportunity of meeting people from all over the world who are involved in blogging and wine.    

 ••

 

My thanks to the organisers – Gabriella, Ryan and Robert – and to all the sponsors who made this conference possible.


Jim

 

Repost 0
Published by les5duvin - dans Wine blogging
commenter cet article
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 00:09

Ce matin j’ai l’âme légère, la majorité silencieuse me dit-on bêle, les domestiques montent au créneau pour les maîtres, notre beau pays qui n’aime rien tant que les promesses cède à ses démons, je n’en dirai pas plus ne me reconnaissant pas dans l’une et l’autre des deux crèmeries. Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent...

Et pendant ce temps-là à Bordeaux il se passe des choses essentielles.

« En exclusivité à Max Bordeaux venez profiter de notre dégustation horizontale du millésime 2000 sur les crus exceptionnels de :

- Petrus (80€ les 2,5cl)

- Ausone (65€ les 2,5cl)

- Lafite Rothschild (65€ les 2,5cl)

- Mouton Rothschild (30€ les 2,5cl)

- Latour (30€ les 2,5cl)

- Haut-Brion (30€ les 2,5cl)

- Margaux (30€ les 2,5cl)

 Cette dégustation est disponible dès aujourd‘hui et jusqu‘à épuisement des stocks. Une bouteille de chaque cru est disponible à la dégustation.

 Saisissez cette chance unique de déguster au verre ces magnifiques crus sur un millésime grandiose »

Questions :

1-     les dégustateurs vont-ils cracher ?

2-    combien de dégustateurs vont se payer l’intégrale à 330€

3-    si oui, et s’ils ne crachent pas, seront-ils dans les clous légaux de l’alcootest ?

4-    si j’emmène ma fiancée aurais-je une réduction pour couple ?

5-    si nous venons tous les 5 aurons-nous une réduction pour famille nombreuse ?

Bon vous me direz que 330€ c’est de la roupie de sansonnets, qu’une petite poignée d’euros pour de tels nectars vu qu’une œuvre de Damien Hirst du style de son aquarium hermétique contenant une tête de vache, des mouches, des mouches, des asticots, du sucre et de l’eau ça vaut dans les 2,35 millions d’euros (vente chez Sotheby’s à Londres le lundi 15 septembre 2008)  r211736_813954.jpg

Ainsi va le monde et comme le note Raphaël Enthoven (le père de qui vous savez) « l’art contemporain est le théâtre d’une étonnante inversion au terme de laquelle il est plus facile d’être artiste que spectateur, ce qui fait que quand tout le monde peut devenir artiste, l’art ne s’adresse plus à personne. » et lycée de Versailles...

Repost 0
Published by les5duvin - dans Famous 5
commenter cet article
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 11:35

Méchamment Carignan devrais-je même dire...

Car il n’y a pas plus « carignanesque » que le secteur de Latour-de-France où j’ai dû déjà vous conduire à maintes reprises. Vous ai-je parlé des Rivesaltes du Domaine du Rancy (domaine-rancy.com) ? Non, je ne le pense pas. Dommage, parce qu’en matière de vieux Rivesaltes au franc goût de rancio (rapport à mon titre…), ils sont parfaits au point que je vous en reparlerai un de ces quatre, promis, juré, en les comparant à d’autres.

Mais qui est derrière le Rancy et pourquoi mettre ce domaine en avant aujourd’hui ? Quel lien ce domaine a-t-il avec le Carignan ? Comme je suis fainéant, j’aurais tendance à dire : « la suite au prochain numéro »… Mais n’ayez crainte, en ce dimanche il n’y aura point de teasing.

 007.jpg

Les Verdaguer, Brigitte et Jean-Hubert pour les intimes, sont propriétaires de ce domaine sis à Latour-de-France, un coin des Pyrénées réputé pour le fort caractère de ses vins en général (il existe une appellation Côtes-du-Roussillon-Latour-de-France, ouf !) et de ses carignans en particulier. Les Verdaguer ne sont pas du genre frimeur. On ne les invite pas à droite à gauche pour faire de grands discours conférenciers, ils ne paradent pas avec leurs échantillons dans les manifestations parisiennes. En revanche, ils participent aux salons des Vignerons Indépendants, à Lyon, dans le Nord, en Bretagne et en Belgique. Lorsqu’ils ne sont pas en vadrouille, les Verdaguer font leurs vins, un point c’est tout. Zéro engrais chimique, de plus en plus de traitements bio, un cheval parfois pour les labours délicats et des vinifications classiques avec des macérations assez longues, de l’ordre de 3 semaines sur le Carignan, par exemple. Ils le font si bien, ce travail, et à un prix tellement raisonnable, que l’on retrouve leurs vieux Rivesaltes jusque dans les cartes des très grands restaurants.

IMG_0495.JPG 

Vigneron est un métier dur pour les nerfs. Les Verdaguer ont 15 ha de vignes dont les trois quarts ont été touché par la grêle du 16 Juin, comme ça, juste en passant au dessus des plus vieilles vignes de macabeo, histoire de montrer que le Bon Dieu sait être injuste et méchant. Si Brigitte et Jean-Hubert, jusque-là spécialisés dans les VDN, se sont mis au carignan pur, c’est surtout grâce à l’une de leurs trois filles, Delphine, 28 ans. Sortie de Montpellier avec un diplôme d’œnologie en poche, elle enseigne désormais au lycée viticole d’Avize et ne rêve que d’une chose : s’établir quelque part en tant qu’œnologue conseil. En attendant, il lui arrive parfois d'aider ses parents. Et de les pousser à  dédier une cuvée de leurs vieux carignans (certains ont 80 berges !) au grand-père, Marcel, que les sœurs Verdaguer vénèrent.

 Smith-0494.JPG

C’était avec le millésime 2006, notamment, sous forme d'une cuvée spéciale. Goûté récemment, je n’ai franchement pas accroché, ni avec le vin que j’ai repris à plusieurs reprises durant une semaine pour le tester jusqu’au bout, ni avec l’étiquette que je vous livre en exclusivité mondiale sur la Toile.

 Smith-0493.JPG

Chose inexplicable pour moi, avec le millésime suivant, j’ai été conquis. Ce Vin de Pays des Côtes Catalanes 2007, 10 €, bu juste ouvert et servi froid, presque trop je le confesse, mais il suffit d’attendre qu’il se réchauffe dans le verre, possède une robe solide, une matière fondue, un équilibre irréprochable, de très belles notes de fruits bien en chair entre cassis et mûre, de la puissance mais sans aucun excès. On est en communion avec le goût du raisin, la persistance est là, l’épaisseur aussi, il n’y a rien à redire, c’est tout simplement parfait, à mon goût du moins. J’allais oublier les tannins : ils sont fondus et l’on ressent en leur compagnie une indiscutable sensation de raisin rôti, genre celui qui suinte lentement dans la fournaise du schiste, juste avant qu’il ne commence à se rider et qu'on ne le cueille. J’adore quand le carignan vire ainsi à l’oriental. Un soupçon d’amertume toute minérale vient se manifester en finale et j’ai achevé le flacon deux jours après alors que le vin commençait à s’attendrir. Un GRAND vin ? Oui, n’ayons pas peur des mots.

Michel Smith

Repost 0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 00:05

On aime l’originalité.

Chaque année, l’Université de la Vigne et du Vin de Toulouse organise un colloque autour d’un thème choisi. Cette fois-ci, « le prêt à porter du vin » et « du luxe au discount, où vont les vins ? » fut ce qui fut asséné aux spectateurs de tôt le matin jusqu’en fin d’après-midi.

J’espère que nombre d’entre eux ont tenu le coup, quoique les sujets en valaient la peine, jusqu’à l’après colloque, moment où l’on doit normalement se lâcher.

image008

Post journée ou pré soirée qui trouva le vin en scène avec comme thème le tissu.

Pas la chaussette des blind test, mais les soies douces ou rugueuses qui offrent leur décor tactile aux papilles agiles.

Ma copine Nadine, indexorganisatrice émérite de cette entreprise périlleuse, m’avait demandé d’écrire quelques commentaires… métaphoriques. Je les commis, trouvant l’exercice amusant. Surtout en pensant à tous ceux qui n’apprécieront absolument pas ce genre de prose, la traitant de charabia, indigne des breuvages que l’on boit avec autant de respect. Respect, mon cul ! Mais les fâcheux sont comme ça, et d’autres aussi.

Bref, je vous livre ici deux commentaires, l’un est de Nadine Franjus (Franjus cela ne s’invente pas, surtout qu’elle fut la vigneronne du Domaine Adenis, dont le vin fut plébiscité par la prestigieuse RVF, merci pour elle).

L’autre est de moi, devinez qui a écrit quoi.

 

Atal Sia 2008 Corbières Boutenac Domaine Ollieux Romanis

Ainsi soit-il ou let it be…

Un nom fataliste pour signifier la non ingérence du vigneron sur le terroir.

Celui de Boutenac, l’excellence du Carignan en Languedoc

 Vins et luxe 004

Dégusté à 18°

La robe pourpre intense filtre la lumière et jette autour d’elle éclats francs et violine. Dès l’ouverture, la framboise s’égaye avec la mûre, la pêche accueille la poire, la griotte s’impose. Fruits sauvages et fruits délicats dans une corbeille offerte à l’air saturé de soleil. Puis viennent des notes de kirsch et d’épices camphrées, eucalyptus, genièvre, laurier sur des fruits confits. Confit, doux et concentré, qui donne un peu de sérieux à cette bacchanale éthérée.

Belle gourmandise, elle commence le repas par le dessert, puis vous mène par le bout du nez en voyage exotique et sensuel. Du fruit, encore du fruit qui évolue doucement, avec assurance vers une grande tablée où se tient le plat de résistance - un gibier jeune et délicat - dans une sauce épicée aux airelles. On a faim de douceur, de sauvage à croquer à pleine bouche.

La bouche ? Elle est suave, tendre et douce. La promesse des fruits s’étire sur une trame fondue et ample, c’est du velours fin, rouge et dense, riche comme la vigne vieille, fière comme la jeunesse, arrogante dans sa beauté, elle poursuit sa fontaine colorée et odorante en nappant les papilles de sa puissance subtile. Une caresse qu’on voudrait retenir et qui s’échappe pour mieux dévoiler une finale lascive où se mêle réglisse et poivre long.

Jamais vin n’a autant été fruit.

 

Sélection des cépages à la vigne, Carignan majoritaire, Grenache et Mourvèdre, qui cuvent ensemble, à l’assemblage définitif ajout d’un peu de Syrah. Il peut y avoir de gros écart de maturité d’un cépage à l’autre. Élevage en cuve. Sol galets roulés sur molasses du secondaire.

Atal Sia veut dire « ainsi soit-il » en languedocien et décrit en deux mots l’esprit du vin. www.chateaulesollieux.com

 

 Atsuko 2008 Fitou Domaine Les Mille Vignes (Valérie Guérin à La Palme)

 

Atsuko, un prénom japonais, une cuvée de Fitou, élevée en cuve, elle reflète l’élégance du Grenache, expression particulière du terroir maritime.

 Vins et luxe 006

Dégusté à 18°C

 

Atsuko coule rubis liquide dans le verre.

La voilà au fond du cristal, impatiente d’apposer sa marque sang de pigeon sur la paroi transparente.

Elle attend la première giration pour d’une volte éclatante nous séduire. La soie de l’obi se défroisse et laisse apparaître l’imprimé floral et fruité. Les taches colorées se précisent et révèlent ici la chair délicate de la fraise des bois, là quelques groseilles semblent rouler jusqu’à l’échancrure du bustier ; un trait de résine le ferme juste au-dessus de l’ombre cardamome ; un pétale de rose diaphane se transperce d’un bâton de réglisse, …

Le tissu glisse et la bouche en cœur Atsuko nous dévoile ses charmes.

Va-t-on la croquer où se laisser caresser ?

Trop tard, elle a décidé.

Deux arbouses nous égratignent le bout de la langue. Le satin de sa peau est une friandise voluptueusement sucrée, suavité non sucrée au parfum d’iris, au minéral légèrement salé, qu’elle offre sans hésiter. Quant au fruit, gracile et velouté, son contour diaphane nous fascine. Pièce de boutis au léger rebondi, ajourée d’arabesques parfumées, par trois liserés de réglisse délimitée, elle exhale parfums de framboise, de groseille et de cerise piquée en son milieu d’un grain de poivre.

Autant d’exquise amabilité nous rend esclave d’un fantasme, addiction à la caresse qui hante à jamais notre mémoire, souvenir d’un bout de soie fruitée.

 

Atsuko sol de garrigue avec travail du sol, assemblage d’une majorité de Grenache, de Carignan et de Mourvèdre, vendange en caisse, éraflage, 30 jours de macération, pigé et remonté, élevage de 11 mois en cuve, domaine de 7 ha. 35 €

 

 

Cela s’est passé, hier en début de soirée à l’Université de la Vigne et du Vin de Toulouse, j’attends avec impatience les échos de la réaction du public.

 

Ciao

 

Marc

Repost 0
Published by les5duvin - dans Vu de Brussels
commenter cet article
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 00:01

Smith-5550.JPG 

C’était avant les vendanges, cet été. Au large de Carcassonne, en vue de la Montagne Noire. Route de Mazamet, je traversais le Cabardès aux abords du village d’Aragon. Paysages pierreux, bosquets de chênes verts, pinèdes, garrigues, vignes et oliviers. « Domaine de Cabrol » informe la pancarte. Je tourne à gauche et débouche en peu de temps sur une cour de ferme animée. Il y a du monde, quelques stands dressés, une odeur de grillades et une ambiance bon enfant. Cela ressemble à une de ces multiples fêtes qui se déroulent à la belle saison autour du vin, dans le vignoble. Un vigneron, mais ce peut être aussi une coopérative, rassemble d’autres vignerons qui font venir leurs amis et clients, lesquels contactent d’autres personnes intéressées par le vin, et le tour est joué, pourvu qu’il fasse beau et que les mails circulent d’un ordinateur à l’autre, sans oublier Facebook qui joue son rôle de lien social. En période de crise, mieux vaut s’organiser et avoir des idées et des initiatives pour vendre le vin.

 Smith-5534.JPG

Smith-5533.JPG

Smith-5532.JPG

Les vignes de Cabrol, le parking et le chien de Claude, "Pumba"

Ainsi donc, j’arrive et je retrouve une bande de vignerons d’autres appellations qui ne me sont pas inconnus. L’ambiance est à la dégustation, l’humeur aux retrouvailles. On jase, on blague, on boit et on crache aussi, parfois. Honneur à notre hôte, le grand (de taille) Claude Carayrol. Un blanc 2008 remarquable (grenache blanc et viognier), un « Vent d’Ouest » 2005 dense, serré, bien dans ses tannins (cabernet sauvignon surtout), un « Vent d’Est » 2007 tout aussi beau, mais en plus spectaculaire (grenache et syrah, avec un peu de cabernet), plus long en bouche. À chaque dégustation, c’est mon vin préféré du domaine. On a déjà deux superbes représentants du Cabardès, capables de tenir encore, à des prix sages : 10 et 13 €. Un peu plus onéreux (18 €), « La Dérive » est une cuvée élevée en cuve qui associe à égalité le cabernet et la syrah, un assemblage qui, de la Provence au Languedoc, donne en général de belles cuvées. Ce 2003 est large et tannique, marqué par un joli fruit probablement dû si je ne m’abuse à la macération carbonique sur la syrah. Même le vin de table, vendu en « bib » à 10 €  les 5 litres, est digne d’intérêt et je me demande si ce n’est pas dans celui-là que Claude met tous les cépages exclus de l’appellation, dont de très vieux aramons.

 Smith-5529.JPG

Claude Carayrol, mon hôte, l'initiateur de cette petite fête, devant sa cave du Domaine de Cabrol

Ce qui est intéressant dans ce type d’événement, c’est que l’on rencontre d’autres vignerons venus des appellations voisines avec des vins bien différents. Je commence par goûter les bulles du Domaine J. Laurens à Limoux : la blanquette brut « Le Moulin » (7 €) me plaît bien, mais j’en pince aussi pour le Crémant de Limoux 2008 « Clos des Demoiselles » à 60 % chardonnay, 30 % chenin et 10 % pinot noir.

Smith-5510.JPG

Smith-5517-copie-1.JPG

Jacques Laurens, représentant de Limoux et Gabriel Escande du Minervois

La voisine me fait goûter de bons Corbières du Domaine Sainte-Marie de Crozes, dont un blanc de pure roussanne, gras et joliment fruité en finale, ainsi qu’un rouge « Les mains sur les hanches » 2009, simple, vif et très agréable. Mais à côté, il y a les Minervois de Borie de Maurel. Je commence par un blanc 2009 « La Belle Aude », très belle marsanne rehaussée de muscat : structure citronnée, grande fraîcheur, belle longueur. Gabriel, le fils de Michel et Sylvie Escande, fait goûter les 2008 sans façon, presque à la régalade, tant la demande est forte. La cuvée « Maxime », reste sur la réserve, la cuvée « Sylla », la plus connue, dédiée à la syrah (24 €) est toujours aussi ample et majestueuse.

 Smith-5524-copie-1.JPG

Raymond Julien, personnage du Minervois

Un autre vigneron du Minervois était présent, Raymond Julien, un gars formidable dont je vous reparlerai pour son carignan. Pour l’instant, je m’autorise à vous dire que son 2009 « Le Rouge de l’Azolle », avec 50 % de cinsault, le reste avec toutes sortes de cépages, est long et soyeux en bouche, avec de très belles notes de fruit. Il ne coûte que 5 € ! Que du bonheur.

 Smith-5519.JPG

Les vacanciers britanniques sont de loin les plus assoiffés !

J’ai horreur de donner des leçons aux vignerons, mais je les incite à monter des petites opérations de ce genre plus souvent. C’est festif, convivial, parfois gourmand avec la présence d’un ostréiculteur de la région ou d’un restaurateur de campagne. Bref, il y a là de quoi convertir bien des gens au vin !

Michel Smith

 

Repost 0
Published by les5duvin - dans Dans le vignoble
commenter cet article
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 00:33

Me voici en terre portugaise, et plus précisément, alentejane.

Vous savez, l'Alentejo. Un tiers du territoire portugais, assommé de soleil, à gauche en passant le Tage. Le plein d'espaces vides. Des espaces qui ont eu tendance à se remplir, ces dernières années, notamment dans la zone de Beja.

100_0048.JPG

BBB (bons baisers de Beja)

Cette zone a pour elle une forte singularité au plan des sols (surtout des schistes, comme à Vidigueira). Mais aussi et surtout, c’est là que l’on a vu émerger le plus de nouvelles caves, généralement de grande dimension: Herdade do Rocim, Herdade da Maladinha, Casa Santa Vitoria, Herdade dos Grous… L’Alentejo est la région des extrêmes climatiques… et politiques. Dans ce vieux fief communiste, l’argent des Golden Boys et du tourisme de l’Algarve a coulé à flots. Un peu moins depuis la dernière crise, évidemment, mais le flot des touristes qui délaissent les plages de l'Algarve pour l'arrière pays reste un élément favorable.

Bon nombre de ces projets incluent d'ailleurs  hôtel, restaurant, initiation à la dégustation, certains proposent même sports mécaniques ou équitation. Bref, c’est de l’oenotourisme intégré. Et les vins ? Ils sont souvent étonnants, surtout pour des vignes si jeunes (l’Olho de Mocho blanc 2007de Rocim, par exemple, le Monte Peceguina rouge 2007 de Maladinha, ou encore le Grous Branco 2007) . Beja a un petit air d’Australie, ces gens ont de l’argent, mais ils ont surtout oublié d’être bêtes. Certains ont même l’esprit terroir, alors, on en reparlera…

Hervé Lalau

Repost 0
Published by les5duvin
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 00:10

EWBC2010HOME.jpg


CRM and I are off to Vienna next Thursday afternoon for the 3rd edition of the European Wine Bloggers’ Conference (EWBC). The first edition was held in Rioja in 2008. Lisbon played host for the second in late October/early November 2009. Now in 2010 it’s Vienna’s turn – 22nd-23rd October. (http://winebloggersconference.org/europe/)

Nearly 200 bloggers from some 26 countries are starting to descend on Vienna. Originally the conference was supposed to be limited to just 150 bloggers. Having sold out sometime in August, the organisers proved to sufficiently flexible to allow the number to rise to around 200.

There will be a variety of bloggers in Vienna. Some will be full time writers who also have their own personal blog, some will be from magazines that run blogs, some will be gainfully employed away from the wine industry but blog because wine is their passion, some will be in PR or belong to wine companies or who own vineyards etc. Most of the participants come from Europe but Australia, Brazil, China, Israel, Mexico, South Africa and the United States will also be represented.

The internet and blogging, in particular, has given anyone with a computer and an internet connection, the possibility of publishing their thoughts, their photos, films etc. to the connected world. It has given people the freedom to write about whatever subjects they wish whether there is an audience out there or not. An extraordinary and novel freedom!

Take wine. No longer is it impossible to write about obscure producers and their wines because no magazine will publish it either because it doesn’t fit their publishing schedule or because there isn’t a hope in hell that they will get any advertising or because they judge, not unreasonably perhaps, that their readers are not interested in such producers. 

Setting up a blog is free and can be done easily in a couple of minutes. Of course once you have a blog doesn’t mean that you have an audience and, naturally there are good and poor blogs. However, good/successful bloggers reach remarkably wide audiences.

I don’t have the figures for well-known bloggers like Jamie Goode or Eric Asimov who I guess reach a very wide audience. Or the number of visitors Jancis Robinson’s website attracts daily. Incidentally I note that she has over 44,000 followers on twitter compared 9700 for Robert Parker. Catavino (Gabriella and Ryan Opaz, joint organisers of the EWBC) has over 27,000 twitter followers.



Ryan-sheres.jpgRyan Opaz: well tuned into the social media

 

Three of Les 5 du Vin – Jacques, Hervé and myself – have our own blogs. Jacques started his blog at the end of May 2005. To date he has had just over 603,000 visits and 1.7 million page views. Current figures show that Jacques is now getting over 19,000 visits to his site a month. Impressive figures. Hervé, who started in October 2007, has already clocked up nearly 575,000 visits in three years. Equally impressive.

I’m very much the junior here beginning Jim’s Loire at the end of August 2008. To date I have had just short of 157,000 visits with monthly visitor figures this year varying between a little over 7000 to just over 9000.   

All in all the three of us can claim a total of a little over 1.33 million visits, which I humbly suggest is a quite extraordinary total. I fancy there are a number of trade wine and spirit magazines that would be delighted with such a readership.

Figures for Les 5 du Vins are more modest, although as we launched our blog in February it is still early days. During the week we attract between 100 and 140 visits. Less at the weekend, which is normal I think for most blogs, although this Sunday 233 people came to Les 5 du Vin. A cooperative blog remains fairly rare in the wine world.

But this amazing freedom to publish has its own imperatives and constraints and has the established order really changed? Robert Parker remains the world’s most powerful wine critic, certainly as far as Bordeaux is concerned. Of the currently influential Bordeaux critics probably only Neal Martin has come up through the net. The rest established their reputations through the old media. 

Although having a blog can certainly rise the profile of an established writer and bring in a new readership, there is an increasing expectation that you will have either a website or a blog. While I revel in the freedom and opportunities that Jim’s Loire gives me, I’m also aware that without the blog it might be difficult to convince people that I still knew something about the Loire if I had to rely on the occasional published article in a magazine or newspaper.   

This year I will be the sole representative of Les 5 in Vienna. Perhaps sometime in the future we will all be present at an EWBC event or perhaps not? Next Tuesday I will report back on my impressions of the conference and whether I should attempt to entice my four colleagues to attend the next European edition. In the meantime there will also be reports on Jim’s Loire.  

Jim

 

 

 

   

Repost 0
Published by les5duvin - dans Wine blogging
commenter cet article
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 00:09

6a00d8341c018253ef0134882012d1970c-600wi.jpg

L’ami Patrick Beaudouin, l’une des chevilles ouvrières de l’association Sève pour le renouveau des AOC, écrit sur son blog : « Marcel était un trublion, qui a secoué le monde du vin... On retient facilement les flamboyances de Marcel, ses éruptions. À mes yeux, il était aussi un vigneron rigoureux, et... discret. Il a défendu le vin « naturel », mais revendiquait la responsabilité du vigneron, et était fidèle à la notion de terroir. Il a participé, discrètement, au travail d’un groupe de vignerons qui rencontrait René Renou dans sa tentative de réhabilitation des AOC. L’an passé, il sautait dans un TGV, sans tambours ni trompettes, pour aller avec d’autres à Bruxelles discuter de l’avenir des vins de terroir.... C’était un type bien, un grand bonhomme. »

Marcel Lapierre, sans doute pour tempérer l’ardeur de ceux qui voulait faire de lui un gourou des « vins naturels », avait coutume de dire « je ne fais que du vin... » Il ne s’agissait pas de fausse modestie mais d’une conviction bien ancrée, je dirais naturelle, plaçant le vin à sa juste place, celle d’une boisson « Le vin est une boisson», répétait-il.  Alors, tout comme René Renou, laissons Marcel reposer en paix dans sa terre natale, ne le plaçons pas dans un quelconque Panthéon, il n’aurait pas du tout aimé ça. Laissons les hommages officiels aux officiels qui les débitent à la pelle pour retenir l’image de l’homme libre, border line, qui cherchait à bien faire son métier de vigneron sans ostentation et qui, à l’occasion, discrètement se mêlait à ceux qui œuvraient pour le bien commun.

Loin du Panthéon, mais très proche de la Sorbonne et de l’Odéon de mai 68, «Lui qui avait dérivé dans Paris avec Guy Debord au mitan des années 1970 aimait la vie vécue jour après jour, avec la joie enfantine de bousculer tous les conformismes. Après l’avoir rencontré, on ne pouvait plus regarder le monde de la même manière.» écrit son ami Sébastien Lapaque. Oui, dans la vie que l’on vit, concentré d’égoïsmes, pleine d’égo, d’images fabriquées, de copié-collé moi je retiens, comme le dit si bien Lapaque, qu’ «au contact de Marcel, on comprenait que vivre est un acte magique. À ses amis, il apprenait à goûter dans la vie cette magie de rencontres, de surprises, de recherches, de bonheurs, de trouvailles.»

Marcel Lapierre est mort, trop tôt pour tous ceux qui l’aimaient, mais comme l’écrit Olivier Bardolle «La mort en ce qu’elle n’est pas négociable, qui déblaie le terrain, à laquelle on ne peut échapper, avec son mystère absolu égal à celui de la vie, seul permettant une pensée métaphysique, la mort qui permet la Beauté par la fugacité et l’éphémère, la mort qui rend l’Amour si attirant (« mignonne, allons voir... »), la mort en tant qu’extase, l’indispensable mort qui donne son sens à la vie.»

Moi c’est ce que je retiens de la vie de Marcel Lapierre, à son niveau, dans son métier, en son pays, avec les siens et bien d’autres, elle eut un sens...

Jacques Berthomeau

Repost 0
Published by les5duvin - dans Famous 5
commenter cet article
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 12:00

Avez-vous entendu parler du Mas Gabinèle ? Oui, si vous avez lu une de mes interventions (ICI) concernant Faugères cet été. Gabinèle, c’est une sorte de petit cabanon de vigneron en langue d’Oc. Mais c’est surtout le domaine familial d’un gars étonnant. Diplômé de sciences économiques, Thierry Rodriguez s’est constitué autour d’une chapelle romane, près de laquelle il a ouvert un gîte, une modeste affaire de négoce du nom de Prieuré Saint-Sever qui commercialise aux dernières nouvelles plus de 400.000 flacons dans 20 pays.

C’est mon ami l’œnologue Jean Natoli, qui fait un immense travail en conseillant d’excellents vignerons Languedociens dans un climat plutôt délétère, qui, lors d’une dégustation aveugle à Vinisud il y a plus de deux ans, m’avait glissé ces perles auxquelles il avait collaboré. Fleuron de la gamme, la collection « Stratagème » regroupe une douzaine de sites géologiques sudistes vinifiés en association avec des vignerons. Marqué par un nez de feu, je me souviens d’un rouge 2007 provenant d’un terroir de basalte qui me sautait à la gueule avant de se conduire en souplesse. Minéral, soyeux, le rouge du poudingue (vers Lunel) impressionnait par sa longueur et ses notes de coing confit. Ne pas manquer non plus les marnes jaunes d’Aniane.

 Smith-0604.JPG

Visiblement, Thierry Rodriguez aime les expériences. Il aime aussi le Carignan et il ne crache pas non plus sur le Cinsault ou le Grenache. L’autre jour, il m’a gentiment adressé une mini verticale de trois flacons pour me présenter son Vin de Pays de l’Hérault Carignan Vieilles Vignes qu’il réalise (2006, 2007, 2008) en partant de vignes de 50 ans et plus plantées sur son domaine du Faugèrois. « L’idée étant, me dit-il, de montrer ce que ce cépage pouvait donner en cherchant à préserver le fruit par un élevage court après avoir associé une macération carbonique (70 %) à une vinification traditionnelle (30 %) ».

Première remarque : la qualité du bouchon, un liège long et ferme (pas de plaisanteries SVP) est plutôt rare pour ce genre de vin. L’habillage et la taille des bouteilles, même si on n’est pas d’accord, montre aussi que Thierry ne méprise pas le sieur Carignan.

 Smith-0611.JPG

Incontestablement, le 2008 est de loin le plus intéressant de la trilogie. Robe soutenue, nez profond, jus frais, notes fruitées et minérales, tannins bien posés et sans excès, équilibre et longueur, notes d’orange sanguine en finale. Mais pour les plus délicats d’entre nous, il manque un soupçon d’élégance supplémentaire (le vin est pourtant très beau, rappelons-le) dont on sait que le carignan est capable si on y met du sien. Cela vient-il du tri des grappes, de leur vendange, de la vinification, de l’élevage ? Au vigneron de voir, même si j’ai ma petite idée derrière chacune de ces interventions.

Le 2007, notes de viscères et de garrigue au nez, est au départ plein de goûts gênants, marqué pas des tannins durs, comme enveloppé dans une poche de rusticité avec une finale un peudifficile. Mais on s’y fait… en se forçant un peu, surtout si on a un gibier bien faisandé à portée de la main ou un bon cassoulet.

Le 2006 est le moins sympathique des trois, trop rustique à mon goût, très « vin du pépé », puissant et direct comme un carignan sait l’être, mais aussi sec, déséquilibré et terreux en finale. Cependant, on doit pouvoir attendre de lui qu’il se conduise honorablement sur un confit de canard.

 Smith-0607.JPG

Le prix public de chaque bouteille est de 8,50 € départ cave, ce qui est très raisonnable compte tenu de la présentation. Si Thierry Rodriguez n’est pas d’accord avec mon jugement ou s’il veut apporter des précisions quant à la vendange ou à l’élevage, il est le bienvenu !

 Michel Smith

Repost 0