Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 00:01

En dehors de quelques bricoles inintéressantes qui ressemblent à de vulgaires brochures, trois ouvrages me sont restés sur les bras depuis la fin de l’hiver faute de chronique appropriée. Eu égard aux auteurs qui m’ont adressé ces 5 ou 6 kilos de livres, je me devais d’en faire profiter mes trop rares lecteurs.

 

Chefs étoilés et Grands Crus Classés même combat ! Noblesse oblige, le premier, le plus lourd, est édité par les éditions de La Martinière et il a déjà quelques mois de vie. On peut dire de lui qu’il est intemporel en ce sens qu’il pourra trôner en bonne place sur la table du salon pendant une ou deux décennies sans risque d’être passé. Effectivement, avec ses 372 pages grand format (24,5 x 31 cm) et ses présentateurs de choc - Jacques Dupont pour la préface, Jancis Robinson et Nicholas Lander pour l’introduction -, Grands Crus Classés et Grands chefs étoilés (tiens, pas de majuscules ?) fait figure d’évènement.

 

Pourtant, il me semble que l’on n’en a guère parlé. Peut-être parce qu’il se regarde plus qu’il ne se lit? Non, sans emphase il est vrai, l’auteur (voir plus loin) nous conte l’essentiel de chaque cru avec l’éternel dédouanement qui consiste, pour un propriétaire richissime, à écrire naïvement que «c’est une histoire d’amour plus qu’un investissement» qui a conduit les frères Bouygues à Montrose; il présente de manière fort classieuse 87 GCC du Médoc (dont un éternel absent, Léoville Las Cases), de Graves, enfin de Pessac), Barsac et Sauternes inclus, ainsi que 87 recettes élaborées spécialement par autant de chefs internationaux, Australie, Chine, Finlande, Corée, Russie et Brésil compris (bien d’autres), et la collaboration de 8 Meilleurs Sommeliers, dont mon préféré, Olivier Poussier, qui attribuent un vin pour chaque recette; bref, ce livre fait figure de monument. La qualité de la reliure, du papier, du texte de Sophie Brissaud (voir son blog ici), des 522 photographies de Cyril Le Tourneur d’Ison et d’Iris L.Sullivan, font que ce beau livre visiblement édité avec la complicité du Conseil des Grands Crus Classés en 1855, atteint un prix de vente de 65 € qui ne le met pas à la portée de toutes les bourses. Mais puisque les crus classés sont considérés comme des œuvres d’art...

GrandsCrus

On entre dans ce beau livre en feuilletant les pages avec recueillement, un long voyage dans un univers feutré, sacralisé. Bien sûr, l’auteur n’a pas rencontré tous les propriétaires. C’est flagrant surtout dans les premiers de la classe, hormis peut-être Corinne Metzenopoulos et c’est un peu dommage. C’eut été intéressant, à mon humble avis, de mettre les personnages en avant plutôt que de faire dans le genre brochure de luxe. Heureusement, la gastronomie vient jouer les troubles fêtes avec des surprises à peine croyables, comme l’étonnant mariage qui laisse dubitatif proposé par le sommelier Franck Thomas entre le plat minimaliste «Poires, haricot et lard» du chef Allemand Nils Henkel et un Brane-Cantenac, ou ce kebab d’agneau hyper épicé du chef Indien Manjit Singh Gill marié au Croizet-Bages par le truchement de l’Américaine Virginia Philip. Je ne demande qu’à goûter… Il est vrai que l’on est moins surpris par l’union classique Château Latour sur agneau de Pauillac. En revanche, on a vraiment envie d’essayer le Lamothe 2005 (Sauternes) sur le rognon de veau aux oursins et aux morilles de l’italien Carlo Cracco conseillé par Markus Del Monego. Et je me laisse séduire d’avance face au au Château Batailley choisi par Éric Beaumard pour se mesurer au colvert bleu et pommes de terre vitelottes du Basque Juan Mari Arzak à San Sebastian.

On apprend beaucoup des derniers changements de propriétaires, à Camensac comme à Pichon Comtesse, sur les révolutions de chais à Cos d’Estournel, ou de la douceur des chevaux de trait bretons à Pontet-Canet, ou encore sur le petit poucet de Margaux, Château Pouget ou le plus étendu des classés, Château Lagrange.

Bref, même le plus méchant des mauvais esprits est obligé d’admettre que l’ouvrage a du bon et qu’on en a pour son argent. Quant au journaliste que je suis, il ne peut s’empêcher de rêver qu’un jour on le désignera pour aller visiter ces grands crus tous frais payés, avec l’occasion de goûter au passage à la cuisine de Thierry Marx ou de Michel Portos ! Quel pied ce doit être ! Mais quelle somme de travail aussi… Néanmoins, je tiens publiquement à m’inscrire pour le même travail du côté de Libourne.

100Bouteilles

L’autre ouvrage est l’œuvre d’un collectionneur, curieux comme il se doit, visiblement amateur d’histoires et, c’est heureux, buveur de vin. Michel-Jack Chasseuil  a le mérite de s’être constitué une « cave enchantée » comme le dit en préface Michael Broadbent (faute honteuse sur le prénom, l’éditeur écrit Michaël…), le plus estimé des « wine critics ». «Ma collection se compose de 35.000 bouteilles» atteste l’auteur qui y ajoute un millier de magnums et d’impériales « produits par les vignerons les plus prestigieux du monde », soit 250 producteurs dont il liste les vins un par un, de l’Afrique du Sud à l’Ukraine, en fin d’ouvrage. Ici, on présente des bouteilles, il n’y a donc pas «que» du vin. Chaque bouteille, rhum Lameth 1886, Calvados Huet 1865, Marie Brizard 1912 ou Cognac 1789, par exemple, est présentée sur une double page photographiée en pleine page par Jacques Caillaut, un habitué du vignoble, la page de droite étant consacrée aux anecdotes historiques et aux souvenirs qu’évoque à l’auteur chacun des flacons sélectionnés. Car l’essentiel de l’ouvrage repose sur le choix visiblement cornélien et forcément arbitraire d’un connaisseur dans le vrai sens du terme.

L’auteur y distille avec bonheur quantité d’historiettes. Il raconte entre autres sa rencontre avec le "Porto" rouge 1891 de Crimée (Massandra),  de cépage mourvèdre, indiquant le plus souvent possibles les meilleurs millésimes produits. Il raconte au passage les savoureux échanges qu’il a pu faire avec d’autres collectionneurs, comme cette acquisition d'une bouteille de Commandaria de Chypre 1845, le vin de marque le plus ancien au monde qu’il présente dans le livre. On notera que la plupart des millésimes bordelais présentés dans le livre sont 1945 ou 1947, les plus cotés. Mais il y a parfois deux millésimes, comme 1921 et 1959 pour Ausone, ou le Latour à Pomerol 1929 et 1961. Les premières pages où l’auteur se raconte sont passionnantes à lire, même s’il l’idée de garder des bouteilles sans les boire en irrite plus d’un. Mais, comme le dit Michel Bettane, le principal mérité de Michel Jack Chasseuil, est d’avoir créé avec autant de persévérance que de passiondans sa campagne des Deux-Sèvres, le plus beau conservatoire dédié aux vins et aus alcools. Amarone Quintarelli 1990, Alsace 1989 Ostertag, Montrachet Ramonet 1979, Mouline 1976 Guigal, Tokay 1901 Otto de Habsbourg, Pétrus 1914, Maury Mas Amiel 1924, il manque juste un sommaire pour s’y retrouver.

Livre ThierryMorvan

Et si vous avez encore soif de connaissances après la lecture de ces deux ouvrages mastodontes, il vous reste à découvrir le livre plus modeste en poids comme en prix (14,90 €) de Thierry Morvan, un collègue journaliste comme moi bon pilier de bar, livre sobrement intitulé «Le Vin» et sous titré « le connaître, le choisir, l’apprécier ». C’est simple, dedans, on y trouve l’essentiel pour comprendre, analyser, décortiquer, revenir aux bases et acheter son vin. Éminemment pratique, il s’utilise comme un vrai guide. 

Michel Smith

Partager cet article

Published by les5duvin - dans Le coup de coeur
commenter cet article

commentaires

Hervé 24/06/2010 10:20


En parlant de livres, Michel, peux-tu nous redonner les coordonnées du tien, celui sur les vins du Sud. Je l'ai entr'aperçu sur Vinisud, mais je n'ai pas pu noter les références et où le
commander.

Merci

Hervé


les5duvin 24/06/2010 11:32



On le trouvait sur FNAC.FR ou sur le site Amazon, mais il est aujourd'hui un peu passé, cher Hervé. Néanmoins, au cas où cela intéresse quelqu'un, son titre
est "Les Grands Crus du Languedoc et du Roussillon", publié au Éditions Renault. Il m'en reste 5 au bureau que je donne volontiers à ceux qui partagent une bouteille avec moi. MS