Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 01:39

L’intrigue se noue, notre jeune Pol Hochon, tel un petit pion poussé par le destin sur le grand échiquier de la vie, va croiser une fille en fleur en un marigot où d’ordinaire les grands crocodiles se toisent et s’entredévorent. Les hommes sont ainsi faits : leur trajectoire passe souvent par les femmes et dans cette grande saga vigneronne qui s’ébauche,  elles tiendront une place centrale. Si vous avez raté les 3 premiers épisodes, remontez le temps : c’est le lundi. Bonne semaine !

Jupe.jpgLa petite, tout en tirant sur sa jupette, croisait avec grâce ses belles gambettes

Quand l'huissier à chaîne l'introduisait dans le vaste bureau du chef de cabinet du Ministre des Commodités, le petit Hochon, perdu dans ses pensées contradictoires, ne remarquait même pas le joli brin de fille qui se tenait assise sur l'un des fauteuils visiteurs. Il se laissait choir sur le fauteuil voisin et étendait ses jambes en soufflant bruyamment. C'est le parfum de la petite, du jasmin, qui le faisait atterrir ou plus exactement le propulsait hors du fauteuil où il venait de s'avachir. Droit comme un i, figé, il balbutiait une suite de mots aussi incohérents qu'incompréhensibles. La petite lui tendait une main fine aux doigts déliés. Le petit Pol s'en saisissait avec ferveur et tremblement comme si sa vie en dépendait. Elle était fraîche et la vue de ses ongles finement nacrés fit chavirer le petit Hochon dans une forme de déréliction ouateuse. À peine remis de ce premier choc son regard recevait un second impact plus violent encore: la ligne noire d'une courte jupe en stretch tranchant le ferme arrondi de cuisses pain d'épices achevait de le transformer en une cocotte-minute au bord de l’implosion.
 
Echec et mat, sauvé par l'entrée théâtrale du chef de cabinet: un grand sec, jaunasse, tendance costume noir de croque-mort sur chemise blanche et cravate anthracite, cheveux baguettes de tambour avec épis et pellicules incorporées, avec juste ce qu'il faut de componction pour lui conférer une touche d'humanité. Le petit Hochon agitait la main osseuse qu'il lui tendait. L'autre, d'une voix fluette qui jurait avec son ascétisme, se présentait tout en invitant le petit Hochon à se rasseoir. Ce que celui-ci faisait non sans jeter un regard oblique sur les genoux de la petite qui, tout en tirant sur sa jupette, croisait avec grâce ses belles gambettes. Même l'austère derrière son bureau empire donnait des signes évidents de montée en température. Pour se donner une contenance il toussotait tout en tapotant avec une longue règle en bois le sous-main indemne de tout désordre. Petit à petit, avec le premier déclin du jour, un voile de paix et de sérénité s'étendait en ce haut lieu et Pol pensait dans son petit jardin d'intérieur que ce jour était un vraiment un beau jour. Le parfum de la petite ajoutait une note sucrée qui l’enjôlait plus encore. 
 
Soudain le jaunasse virait au cramoisi, se relevait tel un diable en boîte et balbutiait en triturant ses longues mains décharnées: «désolé, je suis profondément désolé, mademoiselle Fougère, je manque aux devoirs les plus élémentaires de la bienséance et je vous prie de bien vouloir m'en excuser. Permettez-moi de vous présenter monsieur Pol Hochon, fils de Paul Hochon un ami de notre Ministre...». L’homonymie des prénoms surprenait la petite qui susurrait «monsieur est donc Pol Hochon Junior». L’ainsi dénommé rougissait jusqu’à la pointe de ses oreilles pendant que la petite se paraît d'un sourire moqueur pour mieux vendre au chef de cabinet constipé un gros mensonge: «monsieur Hochon et moi avons déjà fait connaissance avant votre arrivée. Il a beaucoup de conversation...» Le petit Pol virait au pivoine ce qui ne l'empêchait pourtant pas, à son grand étonnement, de planter un regard franc dans les yeux de biche des bois de l'effrontée. Celle-ci l’affrontait tout en décroisant avec grâce ses belles gambettes ce qui transformait son bout de jupette en une forme de lisière du paradis terrestre. Rassuré, le chef de cabinet se rasseyait en tirant sur ses manchettes. Très imbu de ses hautes fonctions, de sa voix aigrelette il entamait  son petit compliment.

à suivre lundi prochain...

 

Jacques Berthomeau

Partager cet article

commentaires