Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 00:19
A la page 72 de la dernière RVF, dans la partie PQ recyclé, je lis sous la plume de Pierre Casamayor (un mec que j’apprécie beaucoup), que le cépage Mourvèdre se nomme Monastrell en Espagne (sans oublier les autres synonymes locaux). Voilà qui m’intrigue au plus haut point !

408_Old_Monastrell_Vines_reduced_size_.JPG-copie-1.jpeg

Je suis allé à Murcie il y a quelques années, là où l'on trouve le plus de Monastrell, et les vins m'ont plutôt plu.
Tous les vignerons du coin m’ont affirmé que leur Monastrell n’était autre que du Mourvèdre. Ce dernier est connu et apprécié, alors que le leur, pas du tout - il était même à peine considéré à l’extérieur de la province, du moins à l’époque. Pour moi, cette "parenté" si souvent affirmée était surtout l’expression du marketing. Mais pourquoi pas ?

Toutefois, là où les choses se décalent, c’est lorsque l’on analyse les 2 cépages: autant le Mourvèdre possède un caractère réducteur, une couleur profonde et un pH bas, autant le Monastrell a une tendance oxydative, une couleur guère prononcée et un pH haut. Rien que ces 3 paramètres les relèguent au rang de cousins. Pierre, qui cale toujours ses infos, évoque d’ailleurs au bas du premier paragraphe les différences de caractères oxydatif et réducteur.

C’est pourquoi je m’interroge. Il y a-t-il eu une analyse génétique? Les terroirs fondamentalement différents de Bandol et de la DO Jumilla ont-ils pu générer autant de différences ?

T_122_1354_624-copie-1.jpg

Marc Vanhellemont

Partager cet article

Published by les5duvin - dans Dans le vignoble
commenter cet article

commentaires

Iris 22/02/2010 11:06


J'opte aussi pour les méthodes culturales comme raison de la différence. Sous un même climat (comme par ex. dans le Haut Languedoc) et sur des sols approchants, c'est surtout le rendement, donc les
décisions à l taille, qui font une sacre différence.

Le cépage est assez sensible à la sécheresse d'été (arrêt de photosynthèse), on peut donc avoir un arrêt de maturation en plein été - de là, le fameux "cépage qui doit voir la mer" à Bandol.

Ensuite, il ne se prète à mon avis pas aux "vendanges en vert", parce ce que dans ce cas, il gonfle trop ses raisins aux pluie d'automne, ce qui donne des jus dilués malgré une réduction du
rendement.

Géré depuis le début à peut de grappes, il se porte à merveille et murit bien, surtout dans l'arrière pays dans des terroirs, qui apportent de la fraicheur la nuit et permet d'obtenir des vins
austères dans leur jeunesse, certes, mais bien colorés, presque noirs, avec des tannins élégants, beaucoup de fraicheur et des arômes inégalés, pour qui sait l'attendre.


Le Doc 20/02/2010 18:35


Vivement une étude génétique pour confirmer ce qu'en pensent les ampélographes !
S'il s'avère que le monastrell et le mourvèdre sont identiques génétiquement, ça serait un gros plus pour les notions de « terroir » (sol, climat, etc.) et de « traditions » (habitudes viti-
vinicoles). Ça contribuerait à soutenir la notion d'AOC en relativisant l'importance du cépage.


Pierre Casamayor 20/02/2010 14:09


merci d'avoir lu cet article comparatif. Selon Galet et autres ampélographes, le mourvèdre et le monastrell sont le même cépage , même si les acclimatations dans des terroirs et climats diférents
ont pu faire diverger leurs caractéristiques. Il n' y a pas à ma connaissance d'études génétiques pour confirmer la bonne vieille science ampélographique. Quand aux grandes différences entre les
vins produits, il faut en voir l'origine dans les pratiques viti- vinicoles, qui , en Espagne en particulier , ont tendance à laisser les raisins sur-murir et les moûts s'oxyder, sans parler des
élevages. Il n'est pour s'en convaincre de déguster des monastrelles récoltés à juste maturité et surtout protégés de l'oygène ( Casa Castillo ou Heretat de Cesilia) pour retrouver le caractère
réducteur des Bandols. Plutôt que des cépages différents , ce sont des vinifications différentes qui séparent les styles ibériques et provencaux. A vous lire, cordialement,
Pierre Casamayor