Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 07:02


Plus de 30 ans déjà alors il y a prescription et je peux donc écrire ce que je vais écrire. C’était dans mes débuts, chargé de mission contractuel à la Direction de la Production et des Échanges rue Barbet de Jouy, comme tous mes collègues nous prenions notre petit noir du matin et celui d’après cantine à la cafétéria du rez-de-chaussée.

Ce lieu, comme dans toutes les entreprises ou administrations, terrain de chasse privilégié des prédateurs et des prédatrices, voyait se faire et se défaire des liaisons extraconjugales. Quelques égéries tenaient le haut du pavé. L’une d’elle, une blonde très BCBG, se taillait la part du lion. Elle les collectionnait. Moi je la snobais, la trouvant arrogante et surtout génératrice de dégâts collatéraux. Quand nous nous croisions, elle me fusillait de son regard bleu que je soutenais avec hauteur. Bref, c’était la guerre froide.

De l’eau coula sous les ponts de la Seine que je venais de franchir pour travailler au 232 rue de Rivoli siège du tout nouvel Office des Vins de Table. La torride avait quitté mon champ de vision. Puis vint une soirée, sur une péniche, organisée, je crois mais je n’en suis pas sûr par l’Antoine Verdale, où mes défenses naturelles se retrouvèrent annihilées par une consommation de bon aloi des nectars qui nous étaient proposés. Nous étions serrés comme des sardines et, alors que je tentais d’approcher le buffet je tombais nez à nez avec la ravageuse des cœurs. Elle me sourit. Je lui souris. Je lui proposai une coupe de champagne qu’elle accepta. Nous bûmes beaucoup de champagne. Nous ne nous quittâmes point. Elle habitait entre la place du Colonel Fabien et le Carrefour Stalingrad. Elle avait la peau douce et elle sentait bon. Nous écoutâmes en boucle Kim Carnes chanter «Bette Davies Eyes». La tigresse se révéla une partenaire attentionnée, disponible et sans histoire.

Morale de cette histoire, que certains trouveront peu morale, sans la douce euphorie du vin nous serions passés, elle et moi, à côté d’une belle histoire. Nous sommes toujours restés bons amis. Alors maintenant lorsque j’écoute Kim Carnes chanter «Bette Davies Eyes» je pense que les buveurs d’eau ont une bien triste vie ...

«Désolé !»  Comme le disait Denisot dans les Guignols après avoir raconté une blague nulle.

Jacques Berthomeau

Partager cet article

Published by les5duvin - dans En goguette
commenter cet article

commentaires

Jim Budd 03/03/2010 00:31


Voir aussi: http://www.youtube.com/watch?v=eja-popojUo

avec les b/w images des yeux de Bette Davis.


Marc Vanhellemont 01/03/2010 09:14


Wouah! J'adore ça, quel film! Moi qui ce matin avait le moral un peu en berne, ça m'a fait regonflé.
Merci Jacques

Marc


mauss 01/03/2010 08:21


Bon, c'est clair, le printemps approche. Sera-ce pour le lancement des derniers feux ? Que nenni, nous avons là un homme du long cours !
Félicitations.