Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 20:37
À partir de ce lundi je vais vous conter l’étrange histoire d’un jeune type, le petit Pol Hochon, qui végétait au fin fond d'un bureau minable du Cadastre Viticole Informatisé, 12 rue du Bac dans le 7ième arrondissement de Paris.

C’était un bon petit gars, gentil et serviable, mais un poil rêveur. Dans sa soupente, une fois terminée sa triste besogne, face à la neige de son écran gris souris, son esprit vagabondait. Le petit Pol s’imaginait une autre vie, alors de nouveaux horizons s’ouvraient à lui et, fermant les yeux, tous ces ares et ces centiares de vignes, au lieu de les stocker sur le disque dur de son ordinateur, il les accrochait aux flancs de coteaux pierreux s’offrant au Dieu soleil. Dans sa tête tout devenait fluide, lumineux, ici du Mourvèdre, là de vieux Carignan, plus loin des cépages indigènes, oubliés, tel une ravaudeuse le petit Pol tramait, fil à fil, l’ouvrage d’une nouvelle vie lui permettant de s’échapper de la vraie si fade, si ordinaire.

IMG_5678.jpg

Là-bas, tout au Sud, le jour se levait, devant lui son corniaud, Belzébuth, débusquait des perdrix froufroutantes, sous ses pieds, entre les rangs, le tapis enherbé exhalait des odeurs où se mêlaient des parfums aux fragrances acidulées. Au loin, porté par la pureté de l’air du matin, le tintement des cloches d’un troupeau de brebis donnait au tableau qui s’offrait à son regard des réminiscences d’enfance. Le téléphone grelotait. Le petit Pol redescendant brutalement de ses rêves, l’ignorait, se levait, enfilait son duffle-coat, éteignait le plafonnier, fermait la porte de son bureau et, dans le couloir, en écoutant ses Paraboot crisser sur le lino délavé il pensait qu’ici ses pas ne laisseraient jamais d’empruntes. Fallait vraiment qu’il change de vie ! Plus facile à dire qu’à faire pour lui affublé d’un père aussi pesant. Dans le métro bétaillère, les sans sourires et les pressés l’enserraient. Ça le déprimait plus encore. De nouveau il se réfugiait dans la rêverie. Mal lui en prenait car son père s’y insinuait, s’y imposait avec sa grande gueule : «Mon pauvre Pol t’es qu’un pauvre minus, qu’un gratte-papier sans envergure, qu’un velléitaire enculeur de mouches ...» lui serinait-il à chaque fois qu’il s’obligeait à rendre visite à ses parents.

Le petit Pol laissait dire son père, le gros Paul Hochon qui avait passé toute sa vie à faire le président de tout et de rien dans plein de zinzins. Parfois ça le démangeait de le moucher, de le remettre à sa place de putassier, de lécheur de bottes des puissants, de vieille pute prête à vendre son cul au plus offrant. S’il se taisait, c’était pour épargner sa mère, condamnée au silence par la grosse outre, réfugiée derrière un éternel sourire, elle semblait toujours lui dire du fond de ses grands yeux clairs, ne t'inquiète pas mon fils : «moi je sais mon fils qu’un jour tu colorieras tes rêves et que tu feras de belles et grandes choses...»

Entre la saisie des parcelles de notre beau vignoble de France et de Navarre, le petit Pol Hochon surfait sur le Net à la recherche d'une âme sœur avec qui il ferait son bonheur. Avec candeur il s'inventait des vies, trichait un chouia sur sa taille, s’était doté d’un pseudo très alléchant  «danlapeaudejohnmalkovitch», se parait de professions improbables, s'octroyait en conséquence des revenus confortables et, comme il était plutôt mignon notre petit Hochon, la moisson se révélait bonne sans pour autant qu’il ne se décidât à sauter le pas.

Dans le monde virtuel les mots lui venaient à la pelle, légers, hors le train-train du quotidien, mais lorsque la réalité le rattrapait, notre petit Hochon esquivait. Jamais il ne se rendait aux rendez-vous que lui donnaient ses belles virtuelles. Chevalier de la barre haute le petit Pol attendait le grand jour où le hasard ouvrirait en grand une large fenêtre sur l'Amour, l'Amour bien sûr avec un grand A. Pour lui, nul doute, son salut viendrait des femmes, d’une femme... alors il attendait qu’elle tombe du ciel, plus exactement de la Toile. à suivre...

Jacques Berthomeau

Partager cet article

commentaires