Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 07:05

Vous l'avez bien compris, c'est ici que se fait l'opinion - j'en veux pour preuve la polémique récente à propos de la photo de Trotsky:  parlait-on de Léon le Sanguinaire  ou de Lev le Prolétaire?

Les 5 du Vin ont des avis sur tout et sur rien, avisés ou non, à vous de juger. Et puisque nous sommes en passe de dépasser Mediapart, Rue 89 et même le Café du Commerce en termes d'influence, j'en lance une autre, de polémique. Pas plus qu'avec Trotsky, le rapport au vin n'est pas évident d'emblée, mais patience, j'y arriverai.

Fallait-il décrocher la photo de Pétain de la galerie des portraits des Chefs d'Etat de la France depuis 1871 affichés dans la mairie de Gonneville, Calvados?

Faut-il s'en tenir à une vision strictement sémantique de la chose? Selon cette thèse, Pétain ayant mis la République entre parenthèses au profit de son "Etat Français", il n'aurait pas sa place parmi les Présidents de cette même République. Ou bien faut-il concevoir l'histoire dans une optique plus large? Enlever le portrait de Pétain, n'est-ce pas un peu gommer une période qui dérange? Il y a-t-il un risque, au contraire, de banaliser la collaboration en affichant un de ses symboles, même dans une succession de portraits? 

Amis Belges, voila qui ne vous rendra ni le Congo, amis belges;  ni vos deux ans de retraite, amis français.  Quoi qu'il en soit, il y  a du pour et du contre.

Toutes proportions gardées, enlever ce tableau, comme l'a ordonné le tribunal, c'est un peu comme supprimer un mauvais millésime dans une série d'étiquettes de Mouton-Rothschild. Sauf que Pétain l'antisémite, dont on vient de révéler la part de responsabilité personnelle dans les lois anti-juifs votées sous son mandat, n'en buvait sans doute pas.

Bon, je n'ai aucune sympathie pour l'ancien Maréchal, et encore moins pour sa politique xénophobe. Mais la galerie de Gonneville n'avait rien d'un musée à sa gloire, alors je me demande si les associations et les juges n'en ont pas fait un peu trop. N'aurait-il pas suffit de mettre sous la photo la mention "Régime collaborationniste de Vichy", un peu comme on appose des avertissements de Santé sur les paquets de tabac?

Dans l'affaire de Gonneville, les juges, et avec eux, une bonne partie de la presse, semblent se baser sur une idée simple; à la Libération, l’ordonnance du 9 août 1944 a déclaré «la nullité de tous les actes» du régime autoproclamé de Pétain.

Autoproclamé? C'est oublier un peu vite que le Sénat et la Chambre des Députés réunis ont voté le 10 juillet 1940 les pleins pouvoirs à ce même Pétain, par 569 voix contre 80 et 20 abstentions. Le texte voté étant le suivant: "Article unique. L’Assemblée nationale donne tout pouvoir au gouvernement de la République, sous l’autorité et la signature du maréchal Pétain, à l’effet de promulguer par un ou plusieurs actes une nouvelle constitution de l’État français. Cette constitution devra garantir les droits du Travail, de la Famille et de la Patrie". 

Précisons que cette Chambre était celle du Front Populaire, donc assez marquée  à gauche. Mais les circonstances, la recherche de l'homme providentiel dans une période d'effondrement général des institutions, expliquent pour bonne part ce paradoxe apparent.

Alors, Vichy, régime raciste, collaborationniste et détestable, tâche indélébile dans l'Histoire de France, certainement. Mais régime illégitime? Ca se discute.

Mais revenons au vin (un thème que nous n'aurions jamais dû quitter).

Le régime corporatiste de Vichy s'est intéressé de près au secteur viticole et à sa régulation. Saviez-vous, par exemple, que c'est à son instigation, et sous les auspices du très dynamique Préfet de la Marne René Bousquet que le Comité Interprofessionnel des Vins de Champagne a vu le jour, le 12 avril 1941? Qu'un "drink" a été offert au délégué spécial du Führer à Reims, Otto Kläbitsch, à l'issue de la réunion du Syndicat Général des Vignerons ayant annoncé la mise en place de ce Comité, le 10 juillet 1941. Il faut dire que les armées allemandes, seuls clients solvables ou presque durant cette période, étaient intéressés au premier chef au bon fonctionnement du marché champenois.

Tiens, le cas de Bousquet, préfet de la Marne, puis de la Champagne (et accessoirement du champagne), mérite qu'on s'y attarde un peu. Avant  de devenir Secrétaire Général à La Police de Vichy, assumant ainsi une responsabilité importante dans la déportation des Juifs,  ce radical-socialiste  bon teint avait protégé Juifs et Francs-Maçons dans le département dont il avait la charge. Inquiété à la Libération, il avait été frappé d'indignité, mais relevé de cette peine pour faits de Résistance; puis amnistié, puis réhabilité. Bousquet pouvait ainsi porter sa Croix de Guerre, sa Légion d'Honneur et  sa Médaille d'Or des Belles Actions, ces deux dernières obtenues en 1930, à l'âge de 21 ans, pour avoir sauvé plusieurs personnes de la noyade  lors des inondations de Montauban. Comme quoi rien n'est simple.

Mais tout ceci aussi doit-il être frappé de nullité? Un cadre vide dans la galerie de Gonneville suffit-il pour oblitérer l'histoire?

Tiens, ça me rappelle la polémique à propos des statues de Mao et de Lénine installées à Montpellier par le défunt Georges Frèche.

Ma fille est en troisième année d'histoire à l'Université. Vivement qu'elle ait fini son cycle, car au rythme où on la réécrit, l'histoire, ce qu'elle a appris risque de devenir obsolète. Rappelez-vous Orwell:  dans 1984, les mémoires sont constamment effacées, les alliances réécrites, les options redéfinies. Il est pour le moins paradoxal que ce soient dans nos régimes démocratiques que des juges finissent par appliquer les recettes de Big Brother, non?

Hervé

 

 

Partager cet article

Published by les5duvin - dans Un peu d'histoire
commenter cet article

commentaires

marc vanhellemont 06/11/2010 12:18


Si, si, Hervé est d'accord, il exposait simplement ou alors trop subtilement un fait qui aurait amener d'autres réflexions...


Luc Charlier 05/11/2010 22:06


Donc, on est tous d’accord, ... sauf Hervé. Il est pourtant un type bien.
Pas de Pétain en Mairie.
Mais j’aimerais aussi pas de Mégret en mairie, pas d’Alduy en Mairie, pas d’Aylagasse en mairie, pas de Macque en mairie, pas de Pascua en mairie, pas d’Estrosi en mairie, pas de Duteil en mairie,
pas de Strauss-Kahn en mairie, pas de Lang en mairie (« François Mitterrand m’habite », dixit ; m’habite dans ‘l cul, oui !), pas de Koushner en mairie.
Moi, j’veux Coluche en mairie, et Arlette, et Cabrel, et Goldman, et Monseigneur Gaillot, et Simone Weil, et Badinter, et Cohn-Bendit, et July, et ni putes ni soumises, et Lafesse, et Anne
Roumanoff, et Laspalès, et Yannick Noah, et Brigitte Lahaye, et Davi Kilembe, et l’ADN d’Yves Montand (non, j’déconne). Et surtout, j voudrais plein de femmes en mairie. Elle sont moins connes que
les mecs, moins aggressives, plus réfléchies. Et puis, surtout, j’voudrais entendre les doigts de Michelot sur le boyau de sa basse (oui, oui, il utilise du boyau sur une contrebasse, gare aux
doigts !), j’voudrais sentir la pédale de Manu Katché sur la membrane de son bass-drum, même le vent de Galliano entre ses bretelles, et j’voudrais revoir le cul de San Severino comme à Argelès. Et
puis m’endormir, légèrement ivre du vieil ambré de Jean-Hubert Verdaguer – c’est le cas.
Vive la France, celle d’en bas, tout en bas, en pays catalan !


Michel Smith 05/11/2010 20:47


Même si cela a peu d'importance, arrivant à la fin de cet échange, je suis de l'avis de Jacques. Pétain n'a pas sa place en Mairie. Il a tout juste droit à une place dans les musées de l'histoire
de l'antisémitisme Français comme exemple d'un chef d'état capable d'édicter des lois encore plus dégueulasses que celles venant de l'occupant. Ce mec me fait honte et me force à avoir des doutes
sérieux quant à la conduite de mes grands parents durant ces sinistres années où mon pays était bafoué. Bon, j'oublie tout, y compris les journalistes collabos, pour ne retenir que les belles
choses de l'Europe. Et ce n'est pas l'actualité toute récente - un président qui copine avec un Chinois en se coupant une fois de plus de son peuple - qui m'y aide. Enfin, passons et bon week-end à
tous !


Luc Charlier 05/11/2010 19:49


Votre divergence de vue est noble. Un peu d’eau à mon moulin : on peut s’apprécier (énormément même) sans pour cela tomber d’accord.
Moi, qui n’ai pas connu cette période, cela ne me plairait pas de voir Pétain (ni Hitler) accroché au mur tandis que je viens remplir des formalités administratives dans une de vos mairies. Mais
Bonaparte non plus ! Je sais, il n’a pas été Président de la République, merci.

Tu fais allusion au Roi des Belges, Jacques (et pas Roi de Belgique). Il est chef de l’Etat. Mais le pouvoir est détenu par un parlement bicaméral et par le gouvernement. Le Roi est garant de la
constitution et est tenu de signer les lois votées par l’assemblée. Lors des lois libéralisant l’avortement (en 1990 seulement, quelle honte !), qui posaient un problème de conscience à Baudouin
premier, celui-ci n’a pas abdiqué mais il a été déclaré « dans l’impossibilité de régner » par le gouvernement de M. Wilfried Martens. Ensuite, le parlement au grand complet l’a rétabli dans ses
fonctions. Je pense donc que le loi ... « Lallemand-Michielsen » ne porte pas la signature du Saxe-Cobourg-Gotha (un comble). Or, elle est d’application !


Berthomeau 05/11/2010 17:27


Désolé Hervé mais il y a bien eu discontinuité et l'Etat Français n'était pas la République mais un Etat de fait et non de droit ce n'est pas une affaire de numéro. Afficher Pétain c'est afficher
une prise de position politique alors qu'afficher Mitterrand Chirac n'a aucune connotation politique. Si Le Pen avait élu idem.
Pourquoi diable la République afficherait le portrait de quelqu'un qui l'a rangé au placard. Ce n'est pas un déni d'Histoire c'est normal Pétain n'a rien à faire dans nos mairies. Pour autant la
France ne s'est pas arrêtée sous Vichy nos courageux juges ont presque tous prêtés serment au Maréchal et la police et la gendarmerie ont obéi aux ordres des gouvernements successifs...Désolé Hervé
je n'ai aucune envie de voir la tronche du Maréchal trôner dans une mairie car c'est l'homme de Montoire et du statut des Juifs et si nous devons assumer cette période nous ne devons aucune
reconnaissance au chef de l'Etat français