Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 00:21

Je vous donne à lire ci-dessous le mail que vient de m’envoyer une vigneronne de la Vallée du Rhône dont j’ai découvert les vins par hasard lors d’une dégustation organisée il y a 3 ans au Palais des Papes en Avignon. J’avais cité leur vin dans un de mes articles. Mais lisez plutôt car cette lettre illustre assez bien la crise viticole que traverse la France.

Cher Monsieur,

Je reprends contact avec vous, nous sommes désespérés, malgré la haute qualité de nos produits, nous ne vendons plus rien, nous pensons que l'avenir du vin est très compromis, et les pouvoirs publics ne nous aident pas du tout. Toutes les mesures annoncées par notre Président n'aident que ceux qui n'ont aucun problème, et si vous en avez vous êtes lâchés par tout le monde, le Crédit Agricole ne veut rien savoir et n'a soi disant plus confiance en NOUS LES VIGNERONS. Nous ne savons plus quoi faire, mettre une pub dans une revue coûte très très cher, et en ce moment c'est  trop pour nous. Nos vins sont appréciés et nous sommes félicités par tous ceux qui les ont goûtés, mais les commandes n'arrivent pas, je ne sais pas combien de temps on va encore tenir. La passion du vigneron est en train d'en prendre un coup, si nous n'avions pas notre fils (20 ans) qui est lui aussi un passionné, on vendrait et puis c'est tout.
Et puis comme vous avez dit dans votre article dans Paris Match, les CDR est considéré comme un petit vin de comptoir, et c'est dur de faire comprendre à la clientèle qu'il y a aussi autre chose dans notre appellation.
J'espère ne pas vous avoir trop importuné, mais je veux faire remonter la détresse d'une grande partie de la profession en ce moment, 2010 va être très très dur.


Bien cordialement


Claudine Serguier

Bouzons.jpgLes Bouzons, à Sauveterre

Autant le dire tout de suite : je n’aime guère m’épancher sur les pleurnichards. Mais, mon métier me l’impose : je me dois d’écouter les doléances vigneronnes et tenter de les comprendre. Le problème est que ce n’est pas le premier message de détresse que je reçois où les vignerons expriment, de façon parfois un peu maladroite, leur désespoir. En 2 ans, c’est même le quatrième message de ce type. J’en ai reçu de Cahors, du Languedoc et de Buzet, si je me souviens bien. Trois étaient écrits par des femmes, mères de famille, visiblement arrivées au bout de leur vie professionnelle, au bout du rouleau. Lucides, opiniâtres, ces mères de famille animées de tant de foi et de courage ont été probablement au début de leur vie maritale le véritable moteur de l’entreprise que représente la gestion d’un domaine. Après des deux ou trois décennies de vie professionnelle active, elles ont aujourd’hui en commun l’incompréhension avec – je me répète – la pure détresse qui en découle. Au moment du bilan, face à la crise, elles craquent parfois et donnent le sentiment de se retrouver face à l’abîme.

À chaque fois, je réponds que je vais voir, que je ne peux faire plus que ce que je fais déjà en les aidant modestement à se faire connaître lorsque leur vin est bon. Je leur redis que j’aime leurs vins, que personnellement j’y crois dur comme fer, que l’industrie viticole a connue sans cesse des hauts et des bas, que la crise va s’estomper, que d’autres juste à côté de chez eux s’accrochent et réussissent, que le malaise est perceptible dans d’autres secteurs de l’agriculture. Je leur dis qu’il faut reprendre espoir, faire des efforts, bouger encore plus, innover, repartir de plus belle avec  son bâton de pèlerins, enquiquiner les cavistes, les restaurateurs, oublier les politiciens qui ne peuvent pas tout faire… Puis revenir à la charge, sans cesse, mordre la poussière. En somme, je ne leur offre que des paroles guerrières auxquelles elles ne répondent évidemment pas tellement cela doit leur sembler d’une atroce banalité.

Alors, pourquoi me laisser attendrir ? Pourquoi prendre le temps de répondre à Claudine comme aux autres ? Pourquoi exposer son cas ? Parce que des Claudine, dans le vignoble, j’en connais des tas. Pendant que leurs maris font tourner les propriétés, démarrer les tracteurs et surveiller les vignes, aux premières loges, elles s’alarment à juste raison quand elles ne paniquent pas. Ce sont elles qui voient les stocks s’empiler en même temps que les impayés et les factures qu’elles aussi feront traîner faute de sous à la banque. Réactions plus que normales venant d’une femme qui doit gérer les comptes de l’entreprise et qui sait que, sans les sacrifices quotidiens, n’importe quelle société dans de telles difficultés ne songerait qu’à mettre les clés sous la porte. Moments de désespoir banals à en crever, semblables à celui qui frappe des milliers d’exploitants agricoles en France et qui touche des milliers de foyers.

Comme j’ai la peau tendre, que je suis facilement émotif, que la musique de Lawrence of Arabia de Maurice Jarre, ou l’Âme des Poètes de Charles Trénet suffisent à me faire chavirer, je me sens presque au bord des larmes en pensant à l’histoire de Marc et Claudine, tous deux encore dans la force de l’âge mais que je devine si las d’entreprendre. Sur son site (www.domaine-des-bouzons.com), Claudine décrit tellement bien sa belle demeure gardoise, les générations de Serguier qui s’y sont succédées avec la même passion, ces vieux grenaches puissamment ancrés dans le sol caillouteux de «la» côte du Rhône, celle-là même où naquirent les premières appellations contrôlées, là où la vigne devait marquer à jamais les premières heures de notre histoire viticole. Et je me dis que c'est juste pas possible, comme disent les jeunes aujourd’hui.

Vous les gars, vous les savants, vous qui devisez à tours de bras, vous qui «conférencez» avec talent, vous qui exposez, qui serrez les paluches des importants, vous devez bien avoir une idée ? Vous qui conseillez, qui avisez, qui expliquez, vous qui savez tout ou presque, que feriez-vous à ma place ? Que diriez-vous à Claudine et à son mari ? Vous leur diriez de changer de métier ? De revendre pour aller investir ailleurs ? De prendre leur misérable retraite ? J’écoute vos doctes suggestions. Dernière avalanche de mots pour vous, Claudine : une telle maison avec un si beau jardin et un fils qui démarre dans sa vie de vigneron, faut surtout pas se laisser abattre. D’autres paysans ont connu des vaches maigres. Le fil de l’histoire est émaillé sans cesse d’épisodes de famines, d’épidémies, de ravages. Vos ancêtres ont connu le dévastateur phylloxera. J’ai envie de dire que c’est la vie, qu’il y a fatalement une porte de sortie, que vous avez encore la force de pouvoir résister alors que d’autres ont tout juste ou à peine de quoi survivre. Je dis n’importe quoi, comme le futur noyé qui se raccroche à une maigre branche. Mais j’en connais plein qui, par chez moi, résistent tant bien que mal. Réduisez la superficie de vos vignes et baissez encore vos rendements pour vendre à un meilleur prix. Allez voir les bons négociants de la vallée, les Chapoupou, les Jaboubou, les Guigal, les Ogier, je ne sais qui encore. Ils recherchent des accords avec des gars et des filles motivés à la tête de domaines de tailles modestes tels que le vôtre. Et votre fils ? Parlons-en : c’est le moment de l’envoyer bosser en Australie ou en Nouvelle-Zélande, en Argentine ou au Chili. Pendant 5 ou 10 ans, il en verra de toutes les couleurs et sera heureux de rentrer chez lui avec de nouvelles idées et un projet sérieux qui tient la route. La France du vin n’est plus celle des années 60, ni même celle des années 80. Alors, à moins de vous concentrer sur une œuvre d’art confidentielle, de résister et de ne surtout pas baisser les bras, cherchez un partenaire qui vous ouvrira les portes de l’an 2000.

 

Chelem.jpg

Cuvée Grand Chelem

Je ne vais certes pas terminer ce long billet sur une note triste. Chez nous, du côté de Narbonne, là où les vignes s’arrachent à la pelle, il se trouve un gars entreprenant qui est loin de partager le pessimisme ambiant. Je suis sûr cependant qu’il comprend les malheurs des Serguier car ce même désespoir touche ses propres voisins. Il s’appelle Gérard Bertrand et sa vie est faite de passions partagées entre le rugby, le jazz, le vin et le Languedoc. Il m’a dit, il y a quelques années, qu’il considère «être dans une région où l’histoire reste à écrire». Pour le moment, il a le vent en poupe, exporte dans une quarantaine de pays des vins de ses propres vignes et des vins de son négoce. Il s’en donne à cœur joie. Lui aussi vient de m’adresser une lettre (photocopiée, donc destinée à plusieurs) un peu maladroite, mais qui a le mérite d’être sincère.

 

Une lettre manuscrite de 3 pages qui commence par un pompeux «Cher Monsieur», alors que l’on se connaît depuis des lustres et que nous nous tutoyons. Dans cette missive, l’ancien troisième ligne de Narbonne qui fut aussi capitaine au Stade Français avant de porter les couleurs de l’équipe de France, évoque « l’Everest rugbystique » (sic) accompli par l’équipe de France cette année. Il parle d’abnégation, d’altruisme, de rigueur, de courage, que sais-je encore. Il dit que le rêve est possible pour 2011 (la coupe du monde), parle d’étoile qui brille au-dessus du coq et fait accompagner sa lettre de quelques flacons d’une cuvée qui vient de naître et dont il est visiblement archi fier.

 

Chelem2.jpg

 L'Everest rugbystique

 

L’allégresse d’un côté, la détresse de l’autre, le vin traverse le temps comme un train cahotant traînant avec lui des histoires de réussites et d’espoirs déçus, de hauts et de bas. Gageons que les filles et les gars du Rhône, comme ceux du Languedoc, de Bordeaux ou d’ailleurs sauront maintenir le cap de la fierté pour longtemps encore. Comme le Quinze de France qui nous fait aujourd’hui vibrer d’espoir. Pour vous, chère Claudine, je n’ai pas trouvé mieux que ce message.

Michel Smith

Partager cet article

Published by les5duvin - dans Vu de Perpignan
commenter cet article

commentaires

clovis simard 31/12/2010 16:59


Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-14, THÉOREME DE LA DÉTRESSE !.

LA DÉTRESSE UNE QUESTION DE QUOI ?

Cordialement

Clovis Simard


Michel Smith 26/04/2010 09:32


-Iris, merci pour ce commentaire de vigneronne "battante". J'ai appris que Claudine avait été quelque peu embarrassée par mon post vu que son mari n'était pas informé du mail qu'elle m'avait
adressée. Ah, les femmes...
-Emmanuel, merci aussi : je ne pense que du bien, comme je l'ai dit, des vins de ce domaine. Ce sont des vignerons sérieux.


Emmanuel Delmas 25/04/2010 15:01


Monsieur,

Je connais bien les vins de Claudine, du Domaine des Bouzons. Je les ai dégusté et je dois dire que j'ai énormément apprécié leurs vins. Structurés, mais bien cadrés. Elegants, raffinés, de beaux
caractères, ils portent la signature d'un beau travail de fond.

J'avais d'ailleurs cité leur cuvée "la félicité" dans un de mes Dégust'Express.

Claudine m'avait d'ailleurs envoyé un email. J'ai bien envie de me rendre chez eux, regoûter en leur compagnie, et passer une journée avec eux. Ce serait bien !

En tout cas, vous avez très bien fait de relayer leur email. Cela m'a rappelé au très bon souvenir des vins du domaine.

Le lien de la note du vin dégusté de Claudine.
http://www.sommelier-vins.com/article-30230181.html

Quant à Gérard Bertrand, même si je ne suis pas vraiment séduit pas ses vins, je dois dire qu'il permet aux vignerons de la région de profiter de l'aura de son optimisme et de son rayonnement. Tout
comme d'autres négociants, il fait partie de ceux qui comptent, et prouvent bien que sans ses leaders, il n'est jamais facile de faire connaitre l'ensemble de la production.

Alors, quelque chose me dit, que les 1ers ambassadeurs du vin, sont les sommeliers, malheureusement coincés dans leur "cloitre". Donc, peu influents. Mais heureusement, des amateurs comme des pros
tiennent des blogs, forums, et médias en tous genres, qui offrent une petite visibilité aux vignerons talentueux.

Mais peut-être, faudrait-il que nos dirigeants cessent leur politique honteuse vis à vis du vin, et de nos vignerons.

Emmanuel


Iris 25/04/2010 12:30


beau post, Michel, merci! - autant que je pourrais pleurer misère en voyant mon compte en banque s'amoindrir à vitesse grand V, autant j'ai toujours du mal à comprendre ces sempiternels appels au
gouvernement et aux aides publiques des vignerons Français - peut-être, parce que même après 30 ans dans le pays, je considère encore, que ce métier, c'est un choix et un bonheur, une chance,
surtout dans nos beaux paysages de l'arrière pays du Languedoc...

Faire ce qu'on a choisit et ce qu'on aime, c'est déjà un luxe.

C'est vrai, il serait encore mieux, de pouvoir en vivre - et cela n'est pas devenu plus facile ces dernières années. Ayant fait dès le départ le choix de la surface réduite, des petits rendements
et du vin slow de qualité, je sais, que ce n'est pas automatiquement une gage de succès matériel. Même la communication - et j'y passe du temps, depuis que l'Internet l'a mis à disposition aussi du
petit vigneron dans sans trou perdu, ne fait pas tout. Donc je ne saurais pas non plus, quoi conseiller à ta Claudine - simplement que la vie des Smicards ou RMIstes n'est pas plus belle et que,
comme tu as dis: nous vivons dans un pays et nous pratiquons dans une filière, qui a toujours connu ses problèmes (le philloxéra de avant-hier sont les sangliers chez moi, dans un pays déserté pas
ses agriculteurs aujourd'hui, qui leur laisse champs libre...), la fraude des vins de 1907 pour vendre des vins bas de gamme, ce sont les vins industriels d'aujourd'hui, il pas seulement ceux du
nouveau monde...

Il ne faut pas baisser les bras, pas lâcher prise, continuer dans la quête de l'excellence - courage!

(C'était mon heure de combattante fleur bleu, mais moi, cela m'aide à continuer:-), sans blague.


jean-baptiste 15/04/2010 17:33


Oui c'est dur pour tout le monde : alors si nous ne voulons pas mourir ensemble, il faut avancer ensemble.C'est ce que nous essayons de faire dans l'Aude : se fédérer entre vignerons autour de
valeur commune et tenter d'imposer une vision alternative du métier.
Tenez bon claudine
Jean-Baptiste