Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 00:09

ME0000055365_3.jpg

C’est le temps de la vendange. J’ai vendangé les vignes du pépé Louis et celle du frère Bécaud à l’école d’Agriculture de la Mothe-Achard. C’est dur de vendanger, à la fin de la journée on a le dos cassé et pas très envie d’y retourner le lendemain matin. Alors, plutôt que de vous saouler avec mes souvenirs je laisse la plume à un grand peintre, né à Avallon, et mort à la Roche-sur/Yon, Gaston Chaissac qui a vécu une grande partie de sa vie en Vendée où sa femme était institutrice publique.

Avant de proposer à votre lecture ce petit texte, pour ceux qui ne connaîtrait pas l’Hippobosque du Bocage je lui laisse le soin de se définir  «Mes préférences vont d’emblée à la peinture rustique moderne. Peintre de village, je lui reste fidèle, trop sûr de faire fausse-route si je cherchais à peindre à la façon des artistes peintres des capitales et sous-préfectures.

Nous autres les ruraux de 1946, nous n’avons plus les préjugés d’hier, nous avons évolué et pouvons sans crainte faire des créations à notre idée, insouciants de ce qu’en penseront les bourgeois et d’autres.

Dans nos campagnes désertes, rien n’interrompt la méditation si nécessaire avant toute création artistique, et nous ne recevons que de bien faibles échos de ce qu’on peint dans les cités prestigieuses.

Quant à la vie moins intellectuelle et plus saine qui est la nôtre, elle favorise l’éclosion de nos créations. N’ayant nul besoin du dessin et de la palette des autres, oubliant l’univers et travaillant sans autre souci que de progresser d’une façon continue jusqu’à notre mort, les nouveautés nous appartiennent, il n’y a qu’à ramasser. Sur divers sentiers suivis au cours de mes recherches, j’ai trouvé les bouquets, masques, portraits, etc. que je peux dire miens. Demain s’ajouteront à ma collection d’autres choses autant miennes.

Sans gestes théâtraux, ni mise en scène phénoménale, il n’y a qu’à parcourir certaines pistes qu’on reconnaît bien vite quoique à peine visibles et on en revient avec des richesses pour son pays, pour la terre entière.

Ma peinture rustique moderne est encore assez pauvre, mais, dans une vingtaine d’années, j’espère qu’elle sera riche, presque autant que la terre

La «Peinture Rustique Moderne», par Gaston Chaissac (1946)

 Les Vendangeurs

«Ensemble un chat et une souris partaient en vendanges. Vers midi une perdrix les survola. Le chat dit « Perdrix viens avec nous vendanger en Provence ».

«Perdrix, viens vendanger en Provence» dit la souris. L'oiseau répondit : «Je le voudrais, mes amis, mais il me faut illico présider une assemblée de mésanges dans une hutte de roseaux derrière la gare de Palaiseau, aux prochaines vendanges vous m'emmènerez».

La souris très lasse de trottiner sur la route de Provence, grimpa sur le dos du minet et en redescendit à un fossé qu'un passeur leur fit traverser dans son bac. Le chat, las à son tour, ne pouvait songer à monter sur la souris ; ils prirent l'autobus qui les descendit le long du Rhône, il y avait tellement de monde dedans qu'ils ne purent trouver deux places voisines et ils s'ennuyèrent beaucoup : le chat entre une vieille demoiselle et un fantassin, et la souris avait comme voisin un gros monsieur qui l'empêchait de voir le paysage. A Nîmes ils s'arrêtèrent pour visiter les arènes et s'attardèrent à les mesurer. Ils arrivèrent enfin à la vigne de maître Soulin qui les attendait pour commencer la vendange. Le soir du premier jour la souris était grise, le lendemain ce fut au chat d'être noir.

Les vendanges finies ils se firent reconduire chez eux en taxi.» 

«Je cherche mon éditeur» Gaston Chaissac, éditions Rougerie

Jacques Berthomeau

Partager cet article

Published by les5duvin - dans Famous 5
commenter cet article

commentaires