Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 00:09

Croyez-moi, faut avoir de la moelle pour perdurer sur ce coin perdu de la Toile, surtout lorsque comme moi, «on se la coule douce pendant une semaine de vacances». Les plumitifs appointés vivent dans l’illusion qu’ils sont lus, moi ici, je sais, mon orgueil eut-il à en rabattre, que je carbure pour une maigre poignée de lecteurs. Mais dans la vie, il ne faut jamais lâcher, surtout lorsque la succursale est une société en bien collectif partagée avec des gars qui, eux, savent ce que c’est qu’une lichette et qui dissertent d’une plume alerte sur des flacons qu’autrefois nos grands-pères disaient qu’ils venaient de derrière les fagots.

Je rentre de Cucuron. Un tel patronyme ne s’invente pas, même par les admirateurs de Monica Bellucci qui, après un repas bien arrosé, n’oseraient pas s’aventurer sur une telle envolée. Au-delà de Lourmarin, qu’est le Saint-Trop du Luberon, Cucuron, c’est un beau petit village avec une superbe église pleine de statues admirables. Dans la rue de l’église : une foire aux livres, rien qu’un déballage de fond de tiroir. Mais, ceux qui me connaissent – pas nombreux ici – savent que je suis fouineur. Alors j’ai fouiné et j’ai trouvé une superbe chemise teinte en bleu de Lectoure. J’en parlerai un de ces jours ailleurs à mon siège social www.berthomeau.com .

Bref, le soleil pétait. Les champs de lavandin osaient le bleu lavande. Les cigales cancanaient. Route vers Bonnieux pour encore chiner. Je passe devant l’affreuse bâtisse du domaine de la Cavale; et dire que le propriétaire, Paul Dubrulle, le co-fondateur du groupe ACCOR, préside le CN de l’oenotourisme. Quand le geste se veut en rupture avec le lieu, encore faut-il qu’il fut audacieux. Ici le minable se conjugue avec la prétention, c’est vraiment affligeant. Lalau-8102.JPG

 

A Bonnieux, en dehors de la «Géographie de la Loire-Inférieure», d’Adolphe Jouanne chez Hachette, vendu à un prix de Parisien sis à Gordes – l’annexe de la rive gauche – rien qui ne m’intéresse alors je fuis vers une terrasse ombragée pour lire et ne plus subir le verbe de la population exécrable de ces prétendus «brocanteurs» qui ne sont que des arnaqueurs râleurs. Rien ne pourra entamer ma bonne humeur car je sais qu’à déjeuner, je vais aller m’asseoir sous les charmilles du «Fournil».

Là, le patron, les garçons, sont aimables sans être obséquieux, le manger est admirable et le vin à la hauteur. Je vous fais grâce du menu mais vous narre l’élément liquide de ce repas. En apéritif, un simple Muscat frizzante de la maison Bardouin de Forcalquier, celle du pastis bien sûr. Ensuite, un vin de pays de la Méditerranée de mes amis du château La Canorgue (La bouteille bleue du Château la Canorgue: une liaison très ancienne http://www.berthomeau.com/article-33631261.html  ). Une petite merveille pleine de fruit et de fraîcheur qui est faite pour le ravissement. Franchement, je ne veux pas être lourd mais je préfère le farniente de Bonnieux bercé par les douceurs d’une cuisine pleine d’invention et la simplicité d’un vin d’ici, à tous les symposiums savants.Lalau-8106.JPGAu Fournil, le garçon s’est enquis de reboucher ma bouteille pas encore vide avant de la glisser dans un petit pochon discret. Du bonheur simple, quoi, et j’invite mes compagnons de lotissement à venir faire une petite tournée dans ce pays des dieux dont les vins méritent mieux que de la bienveillance.

Jacques Berthomeau

 

 

Partager cet article

Published by les5duvin - dans Famous 5
commenter cet article

commentaires

Abdul 27/07/2011 14:25


Mais quelle bran lette ce texte sur cucuron, vous êtes qui quoi? Un intello minable , un gros bobo, quelle pitié d imaginer un type dans votre genre fier de son fiel


les5duvin 28/07/2011 09:39



Vous pouvez élaborer un peu, M. Abdul, nous expliquer votre colère?



Hervé 28/06/2010 23:34


Joli, Lectoure, en effet, et je serai tout près dans quelques semaines. La halle de Beaumont de Lomagne est jolie aussi, et la campagne, où l'ail a remplacé le pastel, aussi.

Salut, Luc!


Luc Charlier 28/06/2010 17:36


Renchérissant sur Michel, je vous propose « un peu de Lectoure »...
Cette charmante bourgade, sur la route de Compostelle comme tant d’autres, servit de siège aux comtes d’Armagnac avant d’être la capitale de la Lomagne.
Le « bleu de Lectoure » est une des variétés de pastel, pigment bleuté autrefois très recherché pour les teintures. On l’appelle aussi guède, ce qui nous rapproche du « woad » des Anglo-saxons, et
notamment mes ancêtres celtes qui s’en enduisaient le visage avant de partir en guerre : protection mythique et illusoire de jour, mais efficace de nuit, car nos peaux pâles reluisent ainsi moins
au clair de lune. Or nous, les lâches (moi, je dirais plutôt vaillants), combattons aussi de nuit, à l’inverse de ces fainéants d’étrangers qui ne pensent qu’à dormir!
Peut-être la séduisante Boadicca arrivait-elle à combiner par ce maquillage sa fureur guerrière, côté mâle, et sa séduction instinctive, côté femelle ? Je m’endors souvent dans son étreinte ... en
rêve.
C’est ce pigment qui a fait jadis la fortune du Lauragais et de la région de Toulouse, donnant naissance à une des explications du « Pays de Cocagne ». C’est aussi la teinte des sous-vêtements de
Douste-Blazy, nous dit-on. Normal quand on est cardiologue et qu’on aimerait avoir du sang bleu.
Malheureusement, ce n’est pas le coeur de la région de production des grandes eaux-de-vie d’Armagnac. Il vous faudra filer plus loin vers l’Ouest ... Go West, young man !


Claudine 28/06/2010 08:59


Cher Monsieur,
Vous avez raison, Cucuron est un superbe village, outre son église que je n'ai jamais visitée, honte à moi, je recommande plutôt la Petite Maison de Cucuron d'Eric Sapet,je pense que dans un autre
rgistre cela vaut l'église et la communion avec le lieu et le chef vous rend praticant ou praticante!
Claudine


Michel Smith 28/06/2010 08:29


Merci pour cette carte postale d'un Luberon sans accent aigu ni grave. Tout est vrai là-dedans. J'aimerais simplement qu'un coloriste m'explique la différence entre les bleu de Lectoure, localité
du Gers connue pour ses melons (j'y étais ce week-end), le bleu lavandin (que je vois bien), le bleu lavande (que j'ai sous les yeux sur ma terrasse), le bleu de méthylène (que l'on retrouve dans
le Curaçao), le bleu du blues et tous les autres bleus que tu déclinais dans un post du 14 Juillet (bleu, blanc, rouge) dernier. Faudra creuser encore plus ces histoires de bleus, cher Jacques.
Quant à La Canorgue, je confirme : c'est un lieu charmant où les Margan père et fille savent recevoir !