Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 11:46

Je regardais Vendredi soir Thalassa, mon émission préférée. Sur l’autre chaîne, il y avait Masterchef, mais pas question de mirer un truc aussi racoleur. Donc, Thalassa diffusait un sujet génial sur les « Optimistes » quand subitement j’ai éprouvé le besoin d’avoir du vin à portée de lèvre pour célébrer ces jeunes qui se défoncent dans des boîtes à sardines (mieux que les boîtes de nuit...) au pied des falaises anglaises. Quelle leçon de vie !

Smith-0754.JPG

J’ouvre le frigo et je tombe sur « Tombé du ciel » ! Il s’agit d’un Vin de France acheté aux 24 Canons un caviste Perpignanais un peu branché sur les bords. Prix : 9 €. Alcool : 13°5. Jusque là mon texte ressemble à une banale chronique d’un canard anglais où prix et alcool semblent être des infos décisives, voire capitales. Aussi joyeux qu’un titre de Charles Trénet ou, mieux, de Jacques Higelin, je m’attendais à boire un vin se disant « nature ». Je n’en étais pas loin vu qu’en googleisant je tombe sur Rivaton Vins Nature, ce qui prouve que j’ai encore du pif. http://rivaton.vinsnaturels.fr/

Pas la peine donc d’aller sur le site indiqué sur l’étiquette puisque, en dehors des coordonnées du domaine, il n'apprend rien ! Donc, sur le « bon » site indiqué plus haut (vous me suivez j’espère), j’apprends que Frédéric Rivaton est vigneron de Latour-de-France, commune qui décidemment, j’ai dû déjà vous le dire, attire tous les amateurs de Carignan au point qu’il va falloir un jour y organiser un Festival du Carignan !

Un bon point, donc. J’apprends en outre que la cuvée « Tombé du Ciel » est un pur carignan (je m’en doutais un peu puisque le caviste me l’a vendu comme tel), de 45 ans d’âge, 30 hl/ha, vinifié en macération carbonique, élevé  en cuves béton. Seul hic, j’ignore tout du millésime, même en cherchant bien. Dommage, mais je pense qu’il doit s’agir d’un 2009.

J’apprends en prime que le gars élabore aussi un Carignan de 1930 en pur jus de raisin bio ! Deuxième bon point. Enfin, en lisant bien l’étiquette et les données transmises sur le site, je constate que 1) le vin « contains sulfites » et que 2) le soufre est utilisé, en tout cas dans les traitements de la vigne en compagnie du cuivre. Nulle part il n’est fait mention de la non utilisation du soufre à la vendange, pendant l’élevage et à la mise. Troisième bon point.

Smith-0748.JPG

En exclusivité mondiale : mon verre "Spécial Carignan" avec le Rivaton dedans.

Vous allez me dire qu’avec de tels raisonnements je peux prétendre entrer direct au Panthéon des préjugés. Et vous avez raison. Bref, confidences pour confidences, je me suis éclaté avec ce rouge aussi sombre et opaque qu’une nuit noire. Un jus savoureux, prenant et gourmand au possible. En mise en bouche, il frétille d’impatience, pétille légèrement sur la langue et inonde le palais de notes sensuelles de violette virant peu à peu sur la mûre des bords de vigne. Il en restait pour le lendemain de quoi remplir un verre. C’était correct, assez plaisant même, mais le peps avait disparu, même si la fraîcheur était de mise.

À dimanche prochain pour la suite !

Smith-0749.JPG

Michel Smith

Partager cet article

commentaires

Michel Smith 01/11/2010 18:53


J'irai voir !


Luc Charlier 01/11/2010 18:12


Michel, je ne me souvenais plus de la provenance de tes pâtés. On n’oublie pas la gentillesse de ton accueil, par contre !
Et, comme les jours se suivent mais ne se ressemblent ... que très souvent, je recommande aussi la charcuterie Xhifre à Sahorre. Le porc a l’air phénoménal et les côtelettes (premières) l’ont déjà
prouvé sur ma plaque sur feu (hier soir). Le pâté de lapin au Banyuls est ferme, pas du tout oxydé, pas trop cuit et poivré à souhait. Quant au jambon dit sec, il est légèrement fumé – chose rare
dans les P.O. mais moi j’adore – et poivré sur le côté opposé à la couenne. Bon, l’excellent Dr Cachia (le généraliste du village) ne sera pas satisfait de ma cholestérolémie, mais basta, pour une
fois. Enfin, son boudin blanc, primé « Meilleur de France », m’a également comblé.
Deux belles côtelettes, 8 tranches de jambon, 2 boudins, un beau morceau de pâté : 14 € et c’est ma compagne qui a payé. Pas belle, la vie ?


Michel Smith 31/10/2010 18:18


Chez Noue j'achète surtout ses pâtés en boîte. C'est hyper pratique quand un Belge est de passage...


Luc Charlier 31/10/2010 18:08


Oui, Michel, le Domaine de Falgos. Ils seront sans doute clients dès leur prochaine carte de vins. Tu fréquentes la haute, dis donc. Splendide endroit et patron très avisé. Si tu y montes en
hélico, tu m’emmènes ?

A St Laurent (qui n’est PAS en Cerdagne malgré son joli nom, tu as raison de faire le rapprochement), vas chez le charcutier Henri Nou. Ils y sèchent eux-même leur propre production et les jambons
(surtout les plus gros) sont FABULEUX. Un peu plus haut encore, à Coustouges, il y a un Belge (originaire de Hoegaarden, le pays de la blanche) qui possède un mas désertique de plus de 100 ha
depuis 25 ans au moins (il y a usé plusieurs compagnes). Ses chèvres sont en parcours libre (avec quelques ânes très marrants, mais je ne crois pas qu’ils jouent au bouc) et ses fromages, peu
affinés car il a une rotation rapide, sont très peu salés et crémeux à souhait. Plus facile, il vend sur le marché de Céret, le samedi matin.


Michel Smith 31/10/2010 17:55


I agree.. I play golf near Saint-Laurent de Cerdans à un peu plus de mille mètres d'altitude et c'est génial ! Avec des tonnes de champignons à ramasser. Mais j'ai pas vu de bazadaises...