Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 00:00

Pardonnez par avance cette chronique un peu rapide pour cause de vendanges perso.

Bu en introduction et en compagnie des premiers associés Parisiens venus pour couper le raisin dans les Aspres, un divin Rielsing 2004 «Les Écaillers» de la maison Léon Beyer. Vin modèle - pour ne pas dire d’école - épanoui et précis, il ne demandait qu’à s’ouvrir, ce qu’il fit avec aisance dans nos larges verres. Au passage, merci, cher Marc Beyer, de m’avoir offert un jour de saisir cette chance de goûter ce vin inoubliable : il prépare avec bonheur la bouche et l’esprit à la découverte du petit joyau carignanesque que je viens de découvrir à une trentaine de kilomètres de chez moi et que je vais tenter de vous présenter.

Smith-0351.JPG

Le nom est Ribérach, domaine Ribérach. Le siège est à Bélesta dont l’ancien nom, justement, était Ribérach. Ici, en plein pays des Fenouillèdes, on dit Bélesta-de-la-Frontiera car jadis, entre vallée de l’Agly et vallée du Tet, la frontière qui séparait l’Aragon de la France passait par là, comme en témoignent les bornes de granit dressées dans la campagne et le nom d’un autre village proche, Latour-de-France où nous attendent d’autres carignans. D’un côté, l'Espagne où l'on parlait le Catalan, de l’autre le pays « gavatx », prononcez « gavatche » où l'on parlait l'occitan... du moins c'est ce que j'ai compris.

Smith-0271.JPG

Bélesta-de-la-Frontière, étonnant village des Fenouillèdes.

Aujourd’hui, le village est toujours veillé par les restes d’un vieux château restauré, mais aussi par la masse d'un Canigou omniprésent dans ces contrées. Quelques touristes vagabonds viennent s’y perdre, un intéressant musée se visite, un hôtel audacieux achève de se construire dans la cave coopérative réhabilitée qui abrite aussi les caves de ce domaine dont je vous reparlerai plus en détail dans un autre « post » où je vous présenterai les rouges. Car figurez-vous que les propriétaires du Domaine Ribérach,dont l’escargot illustre les étiquettes des vins, possèdent non seulement du Carignan donnant des raisins rouges et blancs, plants déjà rencontrés ailleurs en Languedoc et en Roussillon, mais aussi du gris, un raisin qui me paraît beaucoup plus rare. 

Smith-0281.JPG

 Smith-0305.JPG

Ribérach, installé dans une partie de l'ancienne cave, donne des vins que semble apprécier le journaliste Patrick Fiévez...

Un gris qu’ils isolent du reste pour vinifier un remarquable blanc à la robe dorée. Ce Vin de pays des Côtes Catalanes, issu d’une vigne plantée en 1905, toujours complété dans son assemblage final par l’apport d’un peu de carignan blanc, s’appelle «Hypothèse». La version 2009, goûtée en compagnie de Patrick Fiévez (encore un journaliste belge), un connaisseur, est commercialisée à 24€ la bouteille et il vaut son pesant de petit gris si possible grillés lentement à la braise des sarments. Charnu, gras mais joliment charpenté, intensément pur, ce vin peu commun offre l’avantage de s’achever sur une note de fraîcheur langoureuse. À défaut d’escargots, testez-le sur des anchois frais pas trop marinés, à peine cuits par les grains de sel. Vous ne le regretterez pas.

Smith-0285.JPG 

Et à propos de gastéropode, puisque c’est l’emblème de Ribrach, prenez le temps de relire ce qu’écrivait sur le sujet l’érudit vigneron de Vingrau, à quelques collines de Bélesta, j’ai nommé Hervé Bizeul (ICI).

Michel Smith

 

 

 

Partager cet article

commentaires

Luc Charlier 20/09/2010 13:39


Qu’est-ce qu’un Belge ?
Qu’est-ce qu’un journaliste ?
Dans ce pays, beaucoup de plumitifs vineux n’ont pas de carte de presse. Quand ils en possèdent une, c’est pour se rendre gratos aux matches de football, aux expositions et autres événements
culturels. Et c’est bien sûr pour faire ripaille après les dégustations, quand ils y assistent. Et même quand ils en ont une, de carte, et qu’ils écrivent des textes, rares sont ceux qui vivent
vraiment de leur plume. Patrick Fiévez est l’un d’entre eux, d’ailleurs. On le salue en passant, car j’ai l’habitude de dire que nous avons souvent dormi dans le même lit. C’est rigoureusement
exact, mais pas pour les raisons que vous croyez. Peut-être m’expliquerai-je un jour ?


Hervé 19/09/2010 09:31


"Encore un journaliste belge", écris-tu. Cela exprime-t-il une lassitude de ta part? ;-)))


les5duvin 19/09/2010 10:00



Oui, bien sûr , marre des journalistes Belges ! Ils sont partout, nous
piquent nos vignes, nos femmes, mais je les aime  MS