Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 00:00

Il y aurait des tonnes à écrire sur le vigneron. Sylvain Fadat a démarré dans l’indifférence la plus totale à la fin des années 80 avec un BTS viti-oeno en poche, 70.000 F, deux citernes de camion, un groupe de froid et quelques amis fidèles. Sans oublier 4 ha de vignes, dont 3,5 ha d’un Carignan cinquantenaire qu’il savait exceptionnel et qu’il aurait arraché, comme d’autres à l’époque, s’il n’avait pas écouté sa conscience.

 Smith-4240.JPG

Première médaille d’or avec le millésime 1990 pour un vin baptisé « Le Carignan » vinifié en plein air et vendu toujours un poil plus cher que son Coteaux du Languedoc « classique » histoire de faire un ultime pied de nez aux « appellationnistes » qui refusent toujours et encore l’AOC à l’un des seigneurs du Midi. Depuis plus de 20 ans, aux pieds du Larzac comme ailleurs, le vieux Carignan a pourtant fait ses preuves.

Je reviendrais plus en détail – et je l’espère en une verticale – sur cette cuvée aussi magistrale qu’inflexible car, à mes yeux, elle devrait servir de référence à tous ceux qui aujourd’hui abordent ce cépage avec curiosité.

 Smith-4243.JPG

J’ai volontairement gardé plusieurs millésimes de ce vin, grâce à la complicité de son auteur, et je ne me lasse pas, de temps à autre d’en ouvrir un flacon histoire de le surprendre dans son évolution. Le dernier en date, un 1995, faisait preuve d’une revigorante jeunesse. Robe intacte sans traces de vieillissement, droit, bien épaulé en bouche, structuré, complet, ce Vin de Pays du Mont Baudile tiré à 12.000 exemplaires et 700 magnums est un petit monstre de finesse qui se conserve aisément 48 heures une fois entamé. Délicieux sur un petit gibier, genre grives ou bécasses. Le 2008 est aujourd’hui commercialisé à 15 € mais il reste à la vente un 1998 à 27 €. Allez rendre visite à ce personnage cet été, vous ne le regretterez pas. En outre, il vient d’ouvrir des gîtes (ICI) à deux pas de la cave !

Michel Smith


 

Partager cet article

commentaires

Luc Charlier 27/06/2010 12:08


C’est Xavier Erken, un de mes anciens « élèves » au CERIA, agent à cette époque de « maître Fadat » pour Bruxelles, qui me l’a fait rencontrer, au tout début des années ’90. Bien sûr, qu’il fait de
belles choses au pied du Mont Baudile, Sylvain, mais c’est sans conteste ce carignan qui m’avait frappé, déjà. Respect pour l’artisan.
En 2006, moi aussi j’ai identifié une parcelle de carignan (1922) donnant des jus sensationnels sur les hauteurs d’Estagel. Elle fait à présent l’objet d’une mise séparée, qui s’est heurtée à
l’incrédulité des locaux, heureusement démentie par un certain succès commercial ailleurs.
Remarques habituelles : « Du carignan, t’es fou, c’est dégueulasse ! », ou bien « Un VDP, pff, ça vaut rien ! ». Liberté, égalité, choucroute.
Une seule anecdote, mais de taille : nous avons identifié 3 restaurants gastro à Limoux - peut-être y en a-t-il d’autres. Le premier, magnifique hôtel installé dans un ancien couvent des pénitents
blancs, est une institution locale ; nous prendrons rendez-vous avec le sommelier dans pas longtemps. Le deuxième, Tantine & Tonton, splendide table inventive et service « aux petits soins » a
fort apprécié le carignan. Le troisième, coquettement installé dans une petite rue du centre ville, à l’enseigne sensuellement et orientalement attirante, combine un patron à la cuisine ambitieuse
aux fourneaux et sa jeune femme en salle, fort sympathique par ailleurs. Avant même de déguster le carignan, Vin de Pays des Côtes Catalanes comme il se doit, elle nous annonça : « Moi, les VDP, je
les paie 2 euros ! ». Mon héraultaise de compagne et moi-même avons compris tout de suite que nous nous étions trompés d’adresse !