Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 13:02

De Decanter à Vitisphère, la nouvelle fait l'effet d'une bombe.

Après plus de 30 années de bons et loyaux services, le wine critic James Suckling quitte le grand navire américain (The Wine Spectator) pour se lancer dans de mystérieuses aventures. Je ne le portais pas dans mon coeur : encenseur exclusif de vins de riches et d'étiquettes prestigieuses, amoureux des vins blinbling d'Italie et de Bordeaux, Porto aussi, hélas, haineux à l'égard des Français, émerveillé par tout ce qui brille, à commencer par Berlusconi, il faisait la loi dans ses commentaires et avait choisi d'ignorer tous les autres vins, plus modestes à ses yeux, de la planète.

suckling120407_200.jpg

Cela dit, ça m'en touche une et ça ne remue pas l'autre, comme disait quelqu'un de proche.

Michel Smith


Partager cet article

Published by les5duvin - dans Recraché pour vous
commenter cet article

commentaires

Michel Smith 18/07/2010 18:50


Le Puch ne brouille pas, il entretient les méninges. Merci pour les recherches orthographiques concernant la bufala...


Luc Charlier 18/07/2010 18:32


Bien vu, Michel.
Si je baragouine effectivement l’espagnol et le portugais, je ne maîtrise absolument pas l’italien, que je comprends à peu près et lis toutefois. Pour le roumain, on arrive à deviner le sens des
textes, mais pas la langue parlée (j’ai fait 6 ans de latin, dont cet idiome serait très proche).
Il serait logique qu’une productrice de lait soit au féminin, généralement marqué par la désinence –a en italien. Note que, UN journaliste, en portugais, cela se dit toutefois journalistA.
Donc, ne sachant pas si on écrivait « di » ou « da » bufalo, bufala, buffala, j’ai tapé n’importe quoi dans un moteur de recherche hier soir (il était passé minuit), qui m’a accepté le terme avec
O. Et je n’ai pas vérifié. Mais tu as raison, c’est A. Et en plus, il ne faut qu’un « F ». Peut-être la dégustation d’un PUCH 2009 m’a-t-elle aussi embrouillé les synapses ?


Michel Smith 18/07/2010 16:20


shouldn't we say "buffala" ???


Luc Charlier 18/07/2010 00:36


When we eventually made it to the top of the hill where my little vineyard shed, complete with its chimney – not the Adam-type, I’m afraid; but then again, I’m no Ian Fleming either – proudly
overlooks three valleys and the great blue sea, we realized it was quite windy. By the third gust of wind, we decided against barbecuing, ‘cause the food would have ended up cold in our plates.
Wedgwood, of course: the name is Bond, James Bond.
So Ardbeg and the Partagas it was – electing a Dunhill lighter, it goes without saying – favoring a nice chat between my lady-friend and myself. By that time, her temper had improved (thanks to
Prozac®).
When dusk settled, we drove back to our place, riding across (not over) what I call a fox-kitten on our way. Actually, they are properly called a cub, I think, but I’m a pussy-lover, hence ....
When the two of us disembarked from the DB7 at the parking lot opposite my village church (sect = Roman Catholic), we had developped quite an apetite. We gulped down mozarella (di buffalo, of
course, brand withheld for secrecy reasons) and a delicious portion of “tome de chèvre” (Fromagerie des Chênes, organicly elaborated and cured by my cherished friend Alison Russell in the
Tarn-et-Garonne, as her name implies), but only after a bowl of gazpacho had been disposed of, made on the spot with my Lamborghini blender (why not?).
And now, bugger off, my Nembutal® is calling me into Morpheus embrace!


Jim Budd 17/07/2010 22:48


The great advantage of the 500-point scale is that a wine which flatters to deceive can be awarded 419 points.