Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 00:04

Le saviez-vous ? Die compte parmi les plus anciens terroirs de vin à bulles au monde. Laissez donc Tonton Hervé vous en conter l'histoire...

 Il était une fois au bord des Alpes un peuple qui s'appelait les Voconces, et qui produisait du vin selon une curieuse méthode; d'après Pline l’Ancien, qui les cite dans son Histoire Naturelle, ces Gaulois plongeaient les récipients contenant le vin en début de fermentation dans les rivières de leurs montagnes pour lui conserver son pétillant - le principe même de la Méthode Dioise. Pline écrivait ceci en 77 après JC, ce qui ne nous rajeunit pas. Et  des outils à vocation bachique retrouvés sur le site d'une ancienne villa viticole de Pontaix confirment le passé viticole antique de la région.

 

Diois.jpg

Au bout du Diois

Vive le chemin de fer!

Preuve supplémentaire de la qualité des vins: au 14ème siècle, un édit interdit l’apport de vins extérieurs dans l'aire de production de la Clairette de Die.

Celle-ci connaît un premier essor au 18ème siècle, avec la création de nombreuses caves. Avec l’arrivée du chemin de fer, à la fin du 19ème siècle, elle part à la conquête du marché français; dès 1910, elle est reprise dans le classement des futures appellations. Ce statut d’AOC lui est conféré en 1942.
La production connaît un nouveau développement avec la création de la cave coopérative, en 1950. Développement qui se traduit par un accroissement de la superficie viticole.
Dans le même temps, les procédés de production sont mieux encadrés: en 1971, la Méthode Dioise Ancestrale -utilisée pour cette seule AOC- est précisée.

La méthode Dioise

Dans cette méthode, différente de celle utilisée pour les Crémants, la première fermentation est volontairement incomplète. Elle est ralentie ou arrêtée par le refroidissement du moût à basse température. Le moût est par la suite mis en bouteille, sans ajout de liqueur de tirage, et le processus de fermentation est relancé par une augmentation de la température,  le dioxyde de carbone généré lors de cette fermentation en bouteille créant l’effervescence. La fermentation s’arrête  naturellement lorsque le vin  atteint un degré d’alcool proche de 7° à 9°. Les vins produits par la méthode rurale sont parfois troubles à cause de la présence de sédiments. A Die, on utilise un filtrage sous pression qui permet de clarifier le vin sans pour autant nuire à son effervescence.

Outre la Clairette de Die, les 31 communes de l’aire d’appellation du Diois produisent aussi le Crémant de Die (appellation reconnue en 1993). Il s’agit d’un vin effervescent élaboré selon la méthode dite traditionnelle.

En parlant de tradition, et pour ne pas rester la bouche sèche après toutes ces explications, j'ai débouché une Clairette Bio Tradition de chez Jaillance (alias Cave de Die). Voici mes notes de dégustation.

Robe : Brillant, or pâle, bulle fine. Nez: Pâte de coing, herbe fraîche, notes de fruits exotiques. Bouche: équilibrée, notes d'infusion (tilleul, camomille...) et belle nervosité, de l'élégance - il y a une vie après la touche sucrée.

Accords gourmands:  tout seul, en milieu d’après-midi. Ou bien au dessert, sur des glaces, des tartes, des crumbles au fruits, ou un moelleux au chocolat.

Hervé Lalau

 

PS. Aucun rapport, mais j'ai tout de même envie de vous poser la question - je m'adresse à mes lecteurs français, encore sous le coup de l'annonce par Raymond Domenech de l'équipe de France de foot (et handball réunies). Quelle serait pour vous la composition idéale de l'Equipe de France... de Vin? Vos trente bouteilles, les mieux à même de représenter la France du vin à une hypothétique coupe du Monde - attention, pas des vins pour dans trente ans, des vins pour le mois de juillet...

Partager cet article

Published by les5duvin - dans Un peu d'histoire
commenter cet article

commentaires

Hervé 12/05/2010 23:58


Merci, Luc. Et à propos de ton rosé: si tu l'aimes vraiment, pourquoi pas?


Luc Charlier 12/05/2010 10:29


Euh, Fo pa de S à "repu"!


Luc Charlier 12/05/2010 10:26


Bien sûr, Michel.

D’une part, les comités d’agrément n’en ont pas voulu pendant deux ans : il faut bien que quelqu’un le boive, d’autant qu’il est excellent. D’autre part, nous appartenons toi et moi à une
génération qui a encore lu (et traduit, en ce qui me concerne) les classiques grecs. Te souviens-tu des Atrides et de leurs banquets ? Tout Mycène retentit encore des clameurs de désespoir de
Thyeste en pleine digestion ... de la chair de ses propres enfants, sous le regard moqueur (et repus) d’Atrée !

En plus, cela vaut mieux que l’attitude de nombreux confrères qui ne commandent au restaurant ... que leur propre production !

Enfin, il me semble que cet autre Germain (comme moi), Johan Cruyff – vous dites « Krouïffe » en français – a jadis sélectionné un certain Jordi, qui portait une partie de ses propres chromosomes,
en dépit de son prénom catalan. Enfin, c’est ce qu’on dit autour de moi !


Michel Smith 12/05/2010 09:55


Choisir son propre vin, c'est comme si le sélectionneur national choisissait son propre fils !


Luc Charlier 12/05/2010 09:39


Différence importante : dans MA sélection, je tenterais de me faire plaisir ; alors que pour le sélectionneur de foot .... Enfin, c’est ce qu’on dit autour de moi: le sport professionnel ne
m’intéresse absolument pas (dirigeants achetés par les équipementiers, résultats connus d’avance, joueurs drogués et dopés, des stéroïdes à la cocaïne en passant par tous les anti-inflammatoires,
supporters racistes et imbéciles, paris gérés par la pègre ... à vous de terminer cette énumération à la Prévert).

Or donc, voici ma liste, cher Hervé :
. 2 rosés : un Bandol et le mien
. 15 blancs : un Vouvray sec et un moelleux, un Jurançon moelleux en petit manseng, un Quart de Chaumes, une Coulée de Serrant datant d’avant l’arrivée de M. N. Joly, un Coteaux-du-Layon La
Guimonière vieilles vignes (avant que Lenôtre n’ait fait arracher cette vénérable parcelle, l’infâme scélérat !), un blanc de L’Etoile et un Côtes-du-Jura en savagnin, un Vin Jaune, un
Corton-Charlemagne venant du côté de Pernand-Vergelesses, un Pouilly-Fuissé et un Pouilly-Fumé, un Gewürztraminer vendanges tardives et le reste .... en Riesling vosgien
. 13 rouges : deux Bandol, un Châteauneuf-du-Pape et la syrah de Fonsalette, un Chinon et le Vaumoreau de PJ Druet, un Cairanne et un Rasteau, un Cornas, une Côte-Rôtie et un Hermitage (vous savez,
la famille qui fait penser à la calvitie), un Madiran, un Cahors

Oui, je sais, il manque un excellent Bourgogne rouge : néo-vigneron et dès lors désargenté, je ne peux plus me les permettre, hélas !