Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • Le blog de les5duvin.over-blog.com
  • : Cinq passionnés du breuvage de Bacchus parlent du vin sous toutes ses facettes.
  • Contact

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains sont déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Recherche

QUI SOMMES-NOUS?

David Cobbold (Eccevino) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour  son blog, More than Just Wine.

Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

Hervé Lalau est un journaliste français écrivant pour diverses revues et sites français, belges, suisses et canadiens. Son blog "Chroniques Vineuses" lui a valu le Wine Blog Trophy en 2010.

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Archives

Le Calendrier des 5

Retrouvez vos chroniqueurs préférés grâce à notre fameux Calendrier

Lundi: Cobboldday
Mardi: Buddday
Mercredi: Lalauday
Jeudi: Smithday
Vendredi: Vanhellemontday

Pages

The Famous 5

Vous voulez-en savoir plus sur nous? Nos portraits se trouvent en rubrique The Famous 5.

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 00:04

Ces dernières années, je l’ai côtoyé de loin, par intermittence. Rien d’une relation suivie, juste à chaque fois quelques mots échangés sur l’écriture, un sourire complice, un salut discret. Le temps de remarquer la beauté de son esprit qui se reflétait jusque dans son visage, ainsi que l’allure de son corps, son élégance, son souci de l’autre et ce calme qui le caractérisait. Pas question de le déranger dans ses pensées, de l’importuner avec mes histoires sans importances. Nous côtoyions dans ce même village-hôtel noyé dans la végétation tropicale de notre chère Casamance, la même insouciance, le même besoin de paix intérieure, le même face à face. Parfois, Bernard était rejoint pas son ex-épouse, par sa fille ou par son fils. Des enfants aussi beaux, d’une grande discrétion et d’une grande amabilité.

 es_Bernard_Giraudeau_Photo_1_par_Mordzinski_.jpg

Nous étions complices en quelque sorte. Bien plus sérieusement que moi, comme si tu t’imprégnais chaque jour dans une vie monacale ponctuée de réveils en fanfare assurés par un bataillon d’oiseaux criards et chamailleurs, tu te repliais dans ta case pour écrire, travailler, te reposer je suppose, te soigner aussi. Ce n’était pas un caprice de star, plutôt un louable besoin de mieux communiquer avec tes pensées. Moi qui tentais péniblement d’achever un ouvrage de moindre importance intellectuelle, ta discipline m’interpellait au point de me forcer à respecter un semblant d’organisation entre la lecture dans mon hamac de plage, le partage d’un apéro et une partie de golf.

Je vais aller cet hiver à nouveau dans cette Paillote du bout du monde et je sais que nous tous nous aurons une forte pensée pour toi. Mais en attendant, puisque, à l’instar de mes amis africains, je considère la mort comme un grand et réjouissant voyage dans l’inconnu, j’ai pensé t’offrir ces quelques verres bus à ton souvenir depuis le jour de ton ultime départ. Il me semble que tu apprécierais le pouvoir d’imagination qu’ils suscitent.

Bernard, je te dédie ce magistral vin de Châteauneuf-du-Pape, Clos des Papes 2007 bu un peu à la va-vite récemment pour être à l’heure aux Chorégies d’Orange. Il a la finesse de ta discrétion, la politesse de tes rencontres vers l’autre et en cela il te ressemble.

Smith-4907.JPG

Bernard, j’aimerais t’offrir une lampée de cette « Œillade », vigne oubliée du Languedoc, millésimée 2001 et encore toute vibrante de vigueur des années plus tard, tendue tel un fauve, mais laissant apparaître la même grâce féline qui te caractérisait. Regard tendre d’un pays proche des Cévennes vers un homme qui a vécu sa vie et sa mort avec noblesse, proche des gens simples, des gens de la terre.

 Smith-4903-copie-1.JPG

Bernard, par je ne sais quelle magie dont je crois être le seul maître, je t’adresse dans l’au-delà ce flacon d’Emilio Lustau, East India Solera, Jerez ambré qui te rappellera tes épopées maritimes, celui-là même que les Anglais faisaient naviguer au long cours jusqu’en Inde pour un élevage à la dure, tel que tu l’as connu toi-même sur la Jeanne. Tu sauras le boire religieusement et qui sait, tu découvriras comme moi ce goût qui pourrait bien être celui de la sueur du vin…

pt1020.jpg

Bernard, cher Bernard, je te livre encore par la pensée le jus fermenté de ces jeunes pinots noirs frais et guillerets qu’enfante la douce Catherine Roque en son repaire de Clovallon, aux portes de Bédarieux d’où les vignes contemplent la mystérieuse masse minérale du Caroux. Ils sont les témoins d’une vie d’amour.

Pinot-Clovallon-1-.jpg

Voilà. Et bon vent ! 

Michel Smith

Partager cet article

Published by les5duvin - dans Le coup de coeur
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 22/07/2010 18:32


On ne peut pas tout faire, mais on peut rire de TOUT. Donc, une petite sortie iconoclaste, cela génère des amis indéfectibles. Le Prof. Choron avait plus de talent que moi, mais il aimait aussi à
tourner la mort et les morts en dérision. C’est une autre manière de montrer son respect. Allez, on y va :
- « Qui est Bernard Giraudeau ? » ...
Je me souviens bien de Valérie Kapriski, dans l’Année des Méduses, par contre.

Je vais vous dire la vérité : François Cévert, Bernard Giraudeau, Didier Pironi ... tous ces beaux yeux me gavent. Jaloux, moi ? Jamais de la vie.

Et enfin, quand même, si, quelque part : est-ce que ce ne serait pas ce type plein de classe qui donnait souvent la réplique à Fanny Ardant, ou à Annie Duperey, deux grandes dames ?
Vous voyez, la mémoire me revient. On me pardonne ?


valérie Diotte 22/07/2010 09:52


Quel bel adieu ! Samedi dernier, je perdais un ami Henry Montand, dit Arthur pilier de la gueule ouverte et journaliste à Charly Hebdo et Bernard Giraudeau, comédien et écrivain que j'appréciais
particulièrement. Le critique acerbe et généreux et l'infatigable bourlingueur, se sont envolés. Un autre voyage les attend. 2 types formidables vont me manquer. Je vais relire " Dame de nage" et
"mémoire d'un paresseux" en leur hommage et je lève mon verre avec toi Michel.