Présentation

POURQUOI CE BLOG?

Ce blog est né de l'heureux hasard d'une rencontre, en février 2010, au Salon des Vins de Loire d'Angers, autour d'un verre de rosé de Bourgueil - celui de Pierre Jacques Druet. Il y avait là cinq "plumitifs" du vin. Le rosé aidant, l'idée a germé de créer un espace commun.
Parce qu'à cinq, on peut aborder plus de thèmes.
Parce qu'on peut débattre.
Parce qu'on peut partager. Des coups de coeur, des coups de gueule, de l'expérience.
Et qu'est-ce que le vin sinon une boisson de partage?
De ces cinq, certains étaient déjà des blogueurs confirmés, d'autres non.
Comme il y a les 5 sens, il y  a maintenant les 5 du Vin.

Les 5 du Vin

Les auteurs

-David Cobbold (Connaître & Apprécier, Eccevino, BFM...) est le plus français des journalistes anglais du vin, ou vice versa. Il a reçu en 2011 le Wine Blog Trophy pour son blog More than just Wine

-Jim Budd, sujet de sa Gracieuse Majesté, est journaliste pour diverses revues britanniques. Amoureux des vins de Loire, il leur consacre un blog, Jim's Loire, primé en 2009 du Wine Blog Trophy.

-Hervé Lalau est un journaliste français travaillant pour divers magazines et sites français, belges et québécois. Il a également son blog personnel, Chroniques Vineuses, pour lequel il a reçu en 2010 le Wine Blog Trophy

-Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

-Marc Vanhellemont est un journaliste belge travaillant pour divers magazines en Belgique et en France. Incontournable, sauf par la face nord.

Les invités des 5

Le samedi, les 5 du Vin accueillent des invités, et notamment: Agnieszka Kumor (PL), Franco Ziliani (I), Lincoln Siliakus (AUS), Alexandre Truffer (CH)...

Responsabilité

Les textes signés n'engagent que leur auteur.

Recommander

Copyright

Sauf mention contraire, les textes et photos sont protégés par le Copyright de chaque auteur, individuellement pour les articles signés, ou collectivement pour les articles coopératifs des 5 du Vin.

Jim Budd's photographs are licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.5 UK: Scotland License.
Mercredi 16 janvier 3 16 /01 /Jan 00:55

Après mûre réflexion, et après moult ennuis (difficulté d'accès, perte de textes et de photos...), Les 5 du Vin ont décidé de changer d'adresse.

Dès à présent, vous pouvez donc nous retrouver ICI

Nous nous efforçons de faire "migrer" nos anciens textes de cette adresse vers notre nouvelle plateforme, mais ce n'est pas gagné.

Pour ne manquer aucun nouveau billet, nous vous conseillons de vous enregistrer (voir le petit encadré noir "Suivre" ou "Follow", en bas à droite de la page). C'est gratuit, cela ne vous engage à rien, vous n'êtes même pas obligés de lire chaque post, mais vous recevrez un avertissement à chaque nouvelle publication.

Nous excusant par avance des petits désagréments que ce changement pourrait vous occasionner.

Nous espérons que ce sera pour un mieux!

 

Les 5 du Vin

Par les5duVin
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mercredi 16 janvier 3 16 /01 /Jan 00:11

Oui, le mot "anales", avec un seul "n" est intentionnel, vu le niveau du débat.

Michel Bettane a fait pas mal parler de lui, la semaine dernière, avec un article particulièrement véhément contre les vins dits nature.


Rien de très neuf (ce n'est pas mon copain Olif qui me démentira); sauf peut-être que cette diatribe, c'est en Italie qu'on peut la lire - et plus spécifiquement, dans le Gambero Rosso.

Ce qui me gêne, dans l'article de Michel Bettane (et Thierry Desseauve), ce ne sont pas tant ses arguments, ses descriptions des vins déviants que l'on peut effectivement trouver sous le nom de vin nature, que leur généralisation à toute la sphère des vins nature, évidemment abusive.

Mais je trouve tout aussi abusive la levée de boucliers qui s'en est suivie de la part des partisans du vin nature.
Eux ont décrit Bettane comme un vieux gourou finissant, radoteur et obtus, se découvrant sur le tard une ambition de lobbyiste; c'est pour le moins exagéré.

bettane-gambero-rosso.jpg

L'objet de la dernière polémique en date

 

Bien sûr que les Naturistes peuvent se sentir agressés, et c'est humain qu'ils répliquent, même vertement. Mais sauf à considérer le vin nature comme une vérité révélée, comment défendre l'indéfendable, le mauvais vin?

J'ai dégusté des vins nature comme ceux que décrit Bettane, des produits qui sont peut être sans soufre, mais aussi sans intérêt, car défectueux. Dans un cas, en Italie, justement, je me rappelle l'avoir fait remarquer au producteur qui m'a dit que je n'avais rien compris, que le vin nature demandait une formation à la dégustation...


Dans d'autres cas, j'en ai bu d'excellents, de superbes, d'exaltants...
Alors je ne me sens vraiment pas le droit de condamner la démarche naturiste. Le sectarisme de certains de ses adeptes, si. Surtout quand ils ferment les yeux sur les horreurs de leurs collègues sous prétexte qu'ils sont de la même chapelle; et surtout quand ils disent à qui veut les entendre que seuls leurs vins expriment le terroir...

J'ai un peu l'air de vouloir ménager la chèvre et le goût de chou. Ce n'est pas le cas.


Michel Bettane ne fait pas partie du cercle de mes relations.
Je ne fais pas non plus partie de la mouvance naturiste.
Je trouve juste dommage ce déferlement d'intolérance, de part et d'autre. Le débat mérite mieux.
On est tombé là bien bas, au cul de la bouteille. Ni d'un côté, ni de l'autre, on a écouté l'autre. On tombe dans le sectarisme.


Je pense pourtant que les vignerons dits "conventionnels" ont pas mal à apprendre des naturistes (au moins, de certains), et que les naturistes doivent sentir qu'ils font partie de la grande famille de la viticulture, que leur choix, que je trouve légitime, même si leur voie est étroite, n'est qu'un des choix possibles pour faire du vin, et idéalement, du bon.

Tant pis si je me fais insulter de part et d'autre, comme c'est souvent le cas quand on refuse de choisir un camp; au moins, je suis en accord avec mes idées, mon ressenti. Je ne suis que d'un seul camp: celui de la liberté de faire à sa guise, d'en subir les conséquences... et de ne pas trop la ramener...

Oecuméniquement vôtre,

 

Hervé

Par les5duVin - Publié dans : Coup de gueule - Communauté : Les Amis des 5 du Vin
Ecrire un commentaire - Voir les 15 commentaires
Lundi 14 janvier 1 14 /01 /Jan 09:35

La semaine dernière, je vous ai parlé de cette dégustation forte intéressante, mais, suivant les préceptes peut-être un peu péremptoires d'Eric Asimov, je n'ai pas inclus mes commentaires sur les vins que j'avais trouvés remarquables, chacun à sa manière, parmi les 91 vins dégustés ce jour-là. Je vais y rémedier aujourd'hui, un peu tardivement.


 Pineau-d-Aunis.png

Coteaux du Vendômois rosé, Trésors d'Antan, Pinot d'Aunis 2011, Cave Coopérative du Vendômois

 10,000 bt / 5,80 euros

Ce cépage peu connu peut produire des rosés ayant beaucoup de caractère dans cette appellation (également peu connue). C'est vivace et assez savoureux, donnant une belle impression de gourmandise. Son caractère est marqué aussi bien par le cépage que par le climat. A ce prix-là, que demander de plus ?

 

Coteaux du Vendômois, Rouge Prestige 2011, Cave Coopérative du Vendômois

11,000 bt / 6 euros

Deuxième vin remarquable de cette cave coopérative ! Ici le Pineau d'Aunis est associé à 30% de cabernet franc dans un vin au nez fumé, à la matirère relativement dense. Les tannins sont de qualité et la longueur conséquant pour un vin de ce prix. Encore un vin de caractère très bien fait et pas cher. Chapeau messieurs !


Sauvignon du Haut Poitou, Passionnante 2008, Cave de Haut Poitou

10,500 bt / 6,20 euros

Les odeurs de ce vin très aromatique me rappellent fortement la truffe. Cette riche expression du sauvignon ne se trouve pas si souvent en France. Il semble devoir ses accents puissants à une dose de surmaturité et me fait penser plutôt à l'Autriche qu'à la Nouvelle Zélande. C'est tout à fait remarquable à ce prix-là.

 

Pinot-Gris-Lissner.png

 

Alsace Pinot Gris 2011, Maison Lissner

2,500 bt / 9 euros (agriculture biologique)

Je n'aime pas beaucoup les pinot gris que je déguste en France car je les trouve souvent lourds et sans relief. Celui-ci a, au contraire, un nez fin et élégant. La matière en bouche est suave et intense, avec une bonne tenue en acidité qui l'équilibre. Se prolonge agréablement par une petite touche d'amertume. C'est net et savoureux, plus que bien à ce prix.

 

 

Chateau-de-Beaulieu.jpg

Côtes de Marmandais, Château de Beaulieu 2005

80,000 bt / 9 euros (lutte raisonnée: la viticulture, pas le prix !)

Pas moins de six variétés dans l'assemblage de ce vin, incluant, outre les cultivars classiques du bordelais, du malbec, de la syrah at de l'abouriou. Son très beau nez est expressif et assez riche. Malgré son âge, le fruité reste bien présent. Le style, qui doit certainment quelque chose au millésime, est assez puissant et les tannins sont encore en évidence. Un beau vin solide pour mets d'hiver. 

 

marcillac_domaine_du_cros_cuvee_vieilles_vignes_2009.jpg

Marcillac, Domaine du Cros vieilles vignes 2009

25,000 bt / 9,50 euros

Les vignes de fer servadou ont plus de 50 ans. Le nez est aimable et séduisant, et semble arrondi par un elevage bien dosé (pigeage, puis foudres agées). Sa très belle matière montre un équilibre intéressant entre fruit, acidité et tannin. J'aime beaucoup son style, à la fois civilisé et dynamique.

 

Rene-Rieux-Symphonie-doux.jpg

Gaillac méthode gaillacoise, Domaine Rene Rieux, Symphonie doux 2009

5,000 bt / 9,50 euros

J'ai trouvé ce vin délicieux, mais je pense qu'il va en déconcerter certains, habitués à boire des "bulles" vives comme l'éclair et tranchantes par l'acidité. Il est légèrement oxydatif et peu mousseux, avec une dose de sucré résiduel comme on trouve souvent dans les vins qui emploient la méthode rurale. Mais l'ensemble est parfaitement équilibré et donnera beaucoup de plaisir à l'apéritif.

 

Chasselas.png

Pouilly-sur-Loire, Trésors d'Antan Chasselas 2010, Alliance Loire

18,000 bt / 9,90 euros

Le nez est délicat et frais, d'une grande finesse. J'étais agréablement surpris par la relative densité et structure de ce vin issu du cépage chasselas. Longueur très décente, mais peut-être un peu cher, car je pense qu'il vaut entre 7 et 8 euros réellement en comparaison à d'autres blancs secs.


Natamis Wines, Malagouzia Syrah 2009, Macédonia, Grèce

600 bt/11,33 euros

Un exercise de style vu sa non-disponibilité (et quantité plus que réduite), mais j'ai pris beaucoup de plaisir à déguster ce vin. le nez est hyper-intense. En bouche c'est aussi riche et intense, au fruité croquant mais aves un équilibre qui le rend très savoureux avec une certaine complexité, bien au-delà de cocktail de fruits murs. S'ils peuvent m'en faire un peu plus, je suis prenuer, surtout à ce prix-là !

 

La_Croix_Belle_No7.jpg

IGP Côtes de Thongue, Domaine La Croix Belle cuvée n°7 blanc 2010

15,000 bt / 13,50 euros / TerraVitis

L'élevage est bien marqué au nez. Riche et puissant en bouche. Malgré l'alcool sensible, l'équilibre est réussi et je trouve que ce prix est raisonnable pour un vin de cette complexité. Il serait peut-être bon de lui laisser un ou deux ans de plus pour bien assimiler son élévage cependant.

 

Cuvee-Pervenche-2011.jpg

Côtes de Bordeaux Castillon, Clos Puy Arnaud, cuvée Pervenche 2011

12,000 bt / 14 euros / agriculture biodynamique

Un nez très expressif  et engageant, aves des odeurs qui rappellent le cassis. Ce fruité vivace persiste en bouche avec une belle intensité. La vinification est manifestement très soignée, donnant beaucoup de netteté aux saveurs. A l'aveugle je ne suis pas certain que je situerais ce vin à Bordeaux, mais peut-être simplement parce que une telle clarté de fruit y est assez rare. Personellement le concept de "typicité" me paraît être dénué de sens, ou bien ne correspondre qu'à une vision retrograde de la loi des moyens. Chaque vin est individuel, et celui-ci se distingue d'une manière très agréable. 

 

Vin de France, Franc de Bel (non-millésimé, assemblage de trois années).

1,800 bt / 17 euros /pur cabernet franc

Issu d'un domaine en appellation bordeaux, ce vin de pur cabernet franc assemble trois millésimes. J'ai trouvé le nez encore un peu boisé, avec des notes de réglisse et de vanille. En bouche il semble voluptueux par sa texture, mais contient aussi beaucoup de fraîcheur. Juteux et fin, c'est un très joli vin, dont la vinification a été bien soignée. On aurait du mal à le situer géographiquement, mais peu importe, c'est délicieux!

 

domaine-lor-de-line_7.png

Châteauneuf du Pape, Domaine l'Or de Line, cuvée Paule Courtil 2011

3,000 bt / 28 euros

Un nez profond qui fait preuve d'un beau caractère que je qualifierais volontiers d'architectonique (vous trouvez cela prétentieux? Peut-être, mais cela signifie quelque chose pour moi, en rapport avec le volume et l'espace que je sens dans ce vin-là). La matière est très belle, certes puissante et chaleureuse, mais bien sous contrôle. Grande longueur pour ce très beau vin.

 

Languedoc vendanges passerillées, Clos Centeilles, L'Erme 2004

1,200 bt / 29 euros (50cl)

Les nez est d'une grande finesse. Si l'alcool semble assez présent, ce vin liquoreux est très stylé, long et complexe. Il n'a aucune appellation, ce qui est évidemment absurde. 

 

 

Corbin-Michotte.jpg

Saint Emilion Grand Cru, Château Corbin Michotte 2009

34,000 bt / 33 euros

Un très beau nez à la profondueur réelle mais encore sous l'emprise de son élevage. Cela va s'arranger dans un an ou moins, car la matière est d'une bonne intensité. La saveurs sont aussi précises et dévoilent une superbe maturité sans excès. D'une très belle tenue en bouche, ce vin est à attendre, de préfénence, environ 10 ans. Le millésime 2010 à Bordeaux me paraît plus remarquable chaque fois que je déguste ses vins. 

 

et merci de votre patience...

 

  David

Par les5duVin - Publié dans : Recraché pour vous - Communauté : Les Amis des 5 du Vin
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés